Avis de sécurité, China

Avis de sécurité du CPJ : couverture de la pandémie de coronavirus

Aussi disponible en English, Español, العربية, Türkçe, Português, Русский

Des policiers et soldats contrôlent les passagers quittant la gare principale de Milan en Italie, le 9 mars 2020. Le premier ministre italien Giuseppe Conte a signé un décret de quarantaine le 8 mars pour la région nord du pays pour tenter de stopper la propagation du nouveau coronavirus. (Claudio Furlan/LaPresse via AP)

Mis à jour le 25 mars, 2020

Le 11 mars 2020 l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que l’épidémie de COVID-19 (nouveau coronavirus) avait évolué en pandémie. Le nombre de cas continue d’augmenter dans le monde entier, selon l’OMS. Le Centre de ressources sur le coronavirus de l'université Johns Hopkins est une ressource sûre et fiable pour se tenir informé du développement de la pandémie.

Partout dans le monde les journalistes jouent un rôle essentiel pour tenir le public au courant de l’évolution du virus et des efforts des gouvernements pour y faire face. Cela veut dire que les professionnels des médias sont souvent potentiellement exposés à l’infection par le biais de leurs déplacements, leurs interviews et les lieux où les conduit leur travail.

À mesure que la situation continue d’évoluer et que de nouvelles informations émergent, les autorités compétentes publieront des consignes sanitaires actualisées et feront le point sur la pandémie. Les journalistes couvrant la pandémie doivent se tenir informés auprès de l’OMS et de leur organisme local de santé publique.

ASSUREZ VOTRE SÉCURITÉ SUR LE TERRAIN

En raison des restrictions très étendues imposées sur les voyages internationaux, la grande majorité des travaux médias resteront probablement limités à l’échelle nationale dans l’avenir immédiat. Toutes les affectations sont fort susceptibles de changer ou d’être annulées sans préavis ou presque, en raison d’une situation qui évolue rapidement partout dans le monde.

Ceux qui prévoient de couvrir la pandémie de COVID-19 devraient tenir compte des informations suivantes en matière de sécurité :

Avant l’affectation

  • Selon les CDC (Centers for Disease Control and Prevention) des États-Unis, les personnes âgées et les individus souffrant de problèmes de santé sous-jacents sont considérés comme présentant un risque élevé. Si vous faites partie de ces catégories, vous ne devriez participer à aucune mission qui vous mette en contact direct avec le grand public. Une attention particulière devrait aussi être portée aux employées enceintes.
  • Lors du choix du personnel destiné à couvrir la pandémie de COVID-19, l’équipe de direction devrait prendre en compte les agressions racistes à l’encontre de certaines nationalités rapportées par BuzzFeed et l’ambassade des États-Unis à Addis-Abeba, qui a récemment lancé une alerte concernant des incidents violents visant des étrangers dans ce pays. De tels incidents sont susceptibles de se multiplier à mesure que la pandémie se propage.
  • Discutez des plans d’aide mis en place par votre équipe de direction au cas où vous tomberiez malade pendant votre affectation en tenant compte de la possibilité d’un auto-isolement et/ou d’être immobilisé(e) dans une zone de quarantaine/confinement pendant une période prolongée.

Bien-être psychologique

  • Si vous prévoyez de couvrir la pandémie, cette affectation pourrait préoccuper et stresser les membres de votre famille. Discutez avec eux des risques et de leurs préoccupations. Au besoin, organisez une conversation entre les membres de votre famille et les conseillers médicaux de votre organisation.
  • Tenez compte de l’impact psychologique potentiel lié à la couverture de l’actualité depuis une zone touchée par le COVID-19, surtout un établissement médical ou d’isolement, ou une zone de quarantaine. Des ressources utiles destinées aux professionnels des médias couvrant des situations traumatisantes sont disponibles sur le DART Center for Journalism and Trauma.

Évitez de vous infecter et d’infecter les autres

De nombreux pays pratiquent aujourd’hui la distanciation sociale/physique. Si vous vous rendez dans un établissement de santé, une maison de soins pour personnes âgées, le domicile d’une personne malade, une morgue, une zone de quarantaine, une habitation urbaine bondée (bidonville ou favela), des marchés animaliers ou une ferme, renseignez-vous d’avance sur les mesures d’hygiène en place. En cas de doute, ne vous y rendez pas. Les recommandations standard pour éviter l’infection sont les suivantes :

  • Maintenez une distance d’au moins 2 mètres entre vous est les autres, et notamment les personnes présentant des signes ou symptômes de maladie respiratoire, comme la toux et les éternuements.
  • Les journalistes doivent être conscients de la nécessité de maintenir une distance « sûre » lorsqu’ils interviewent les personnes âgées, les personnes présentant des symptômes, les personnes ayant des problèmes de santé préexistants, les personnes côtoyant des individus symptomatiques, les professionnels de la santé traitant des patients du COVID-19, ou les travailleurs situés dans des endroits à haut risque.
  • Lavez-vous les mains régulièrement et avec application, pendant au moins 20 secondes à chaque fois, avec de l’eau chaude et du savon. Assurez-vous de bien les sécher. Vous trouverez un guide très utile sur la manière de se laver et se sécher les mains correctement sur le site de l’OMS.
  • Utilisez un gel antibactérien ou des lingettes antibactériennes s’il n’y a pas d’eau chaude ni de savon, mais ne manquez pas de toujours vous laver les mains avec de l’eau chaude et du savon dès que possible après. (Le CDC recommande d’employer un désinfectant pour les mains à base d’alcool contenant plus de 60% d’éthanol ou 70% d’isopropanol). Ne remplacez surtout pas la routine du lavage régulier des mains par le l’utilisation d’un désinfectant pour les mains.
  • Placez toujours votre main sur votre bouche et votre nez lorsque vous toussez et éternuez. Si vous toussez ou éternuez dans un mouchoir en papier, débarrassez-vous- en immédiatement de manière appropriée et sûre, et lavez-vous les mains après.
  • Évitez de vous toucher le visage, le nez, la bouche, les oreilles, les yeux, etc., comme se souligne le BBC.
  • Évitez les poignées de main, les accolades/embrassades, les baisers. À la place, on peut se saluer en se tapant les coudes ou les genoux.
  • Évitez de boire/manger dans des tasses, de la vaisselle ou avec des couverts pouvant avoir été touchés par d’autres personnes.
  • Enlevez tout bijou et bracelet-montre avant chaque affectation car le virus COVID-19 peut rester vivant sur beaucoup de différents types de surface pendant des durées variables.
  • Si vous portez des lunettes, nettoyez-les régulièrement avec de l’eau chaude et du savon.
  • Réfléchissez aux habits que vous porterez en tenant compte du fait que certaines étoffes peuvent s’essuyer plus facilement que d’autres. Après chaque affectation, tout habit doit être lavé à une température élevée avec un détergent.
  • Choisissez bien votre mode de transport à destination et en provenance de votre affectation. Évitez de prendre les transports en commun aux heures de pointe et veillez à vous laver les mains avec du gel hydroalcoolique à votre descente. Si vous vous déplacez dans votre propre véhicule, sachez que toute personne infectée à bord du véhicule peut contaminer les autres passagers.
  • Faites des pauses régulières et faites attention à vos niveaux de fatigue/énergie en vous rappelant que les individus fatigués sont plus susceptibles de négliger leur régime d’hygiène. Tenez compte aussi des longues distances à couvrir éventuellement avant et après le travail.
  • Assurez-vous de toujours bien vous laver les mains avec de l’eau chaude et du savon avant, pendant et après votre séjour dans une zone affectée.
  • Si vous développez des symptômes, notamment de la fièvre ou un essoufflement, pensez à la façon dont vous allez vous faire soigner. Certains organismes de santé nationaux peuvent recommander une auto-quarantaine pour éviter d’infecter d’autres personnes. Si vous êtes dans un pays fortement infecté, vous risquez de rencontrer des patients infectés par le COVID-19 dans des centres de traitement surpeuplés, augmentant ainsi vos chances d’exposition.
  • Consommez uniquement de la viande et des œufs cuits.

Sécurité des équipements

  • Utilisez des microphones directionnels pour maintenir une distance sûre plutôt que des micros-cravates.
  • La housse de votre microphone doit toujours être scrupuleusement lavée et désinfectée à la fin de chaque affectation. Demandez conseil ou une démonstration de la manière de retirer la housse du microphone pour éviter toute contamination croisée potentielle.
  • Décontaminez toujours l’ensemble de l’équipement avec des lingettes antimicrobiennes à action rapide telles que des lingettes Meliseptol, puis désinfectez-le minutieusement, y compris mais sans s’y limiter les téléphones portables, tablettes, câbles, connecteurs, écouteurs, ordinateurs portables, disques durs, caméras, laissez-passer de presse et cordons.
  • Veillez à ce que l’ensemble de l’équipement soit de nouveau décontaminé lorsque vous le rendez, que les responsables de l’équipement en soient informés à l’avance et qu’ils soient formés à nettoyer l’équipement en toute sécurité. Assurez-vous qu’aucun matériel n’a été simplement déposé négligemment sans avoir été remis officiellement au responsable du nettoyage.
  • Si vous n’avez pas accès à un désinfectant, sachez que la lumière directe du soleil peut tuer les virus. Dans le pire des case – et seulement si vous n’avez pas d’autre solution – exposez votre équipement à la lumière directe du soleil pendant plusieurs heures, sans oublier que cela pourrait entraîner une décoloration de votre matériel ou avoir d’autres effets négatifs.
  • Si vous utilisez un véhicule pour l’affectation, veillez à ce que l’intérieur en soit nettoyé à fond après toute utilisation, par une équipe entraînée à cette fin. Une attention particulière doit être portée aux poignées de portières, au volant, aux rétroviseurs, aux appuie-têtes, aux ceintures de sécurité, au tableau de bord et aux lève-vitre/boutons/attaches.

Équipements de protection individuelle (EPI)

Mettre et ôter en toute sécurité les EPI (gants jetables, masques, tabliers de protection, couvre-chaussures jetables) exige le strict respect des meilleures pratiques de sécurité. Veuillez cliquer ici pour les conseils du CDC. Le risque de contamination croisée est élevé ; il convient de prendre ces mesures très au sérieux.

  • Si vous travaillez dans un site infecté tel qu’un un établissement de santé ou une morgue, vous pourriez avoir intérêt à porter des chaussures jetables ou à utiliser des couvre-chaussures imperméables. Les uns et les autres doivent être essuyés/rincés dès que vous quittez le site. Si vous mettez des couvre-chaussures imperméables, vous devez vous en débarrasser de manière sûre avant de quitter la scène et ne plus jamais les réutiliser.
  • Utilisez des gants de protection si vous visitez ou travaillez dans un site infecté, comme un établissement de traitement médical. D’autres équipements de protection individuelle (EPI) comme une combinaison et un masque de protection pourraient aussi être nécessaires.

Masques de protection

Le CDC et l’OMS s’accordent à dire qu’il n’est pas nécessaire que les personnes sans symptômes portent un masque, sauf si : les autorités locales l’exigent ; si vous êtes dans une zone à risque élevé comme un hôpital ; ou si vous prenez soin d’une personne soupçonnée d’être infectée par le COVID-19. Il convient de noter que beaucoup de pays éprouvent actuellement un manque d’EPI chirurgicaux. L’utilisation de ces équipements peut par conséquent créer des pénuries. Si vous portez un masque, vous devez suivre les conseils suivants :

  • Au besoin, il est recommandé de porter un masque N95 (ou FFP2 / FFP3) plutôt qu’un masque « chirurgical » classique. Assurez-vous que le masque est bien positionné sur l’arête du nez et le menton, et ajustez-le bien pour ne laisser aucun espace. Les hommes doivent se raser régulièrement.
  • Évitez de toucher le masque, et enlevez-le uniquement en utilisant les sangles. Ne touchez jamais la partie avant du masque.
  • Lavez-vous toujours les mains avec du savon et de l’eau chaude, ou avec un désinfectant pour les mains à base d’alcool (contenant plus de 60% d’éthanol ou 70% d’isopropanol) après avoir enlevé le masque.
  • Remplacez le masque par un nouveau masque sec et propre dès qu’il devient humide.
  • Ne réutilisez jamais les masques et jetez toujours les masques usagés immédiatement dans un sac scellé.
  • N’oubliez pas que l’utilisation d’un masque n’est qu’une partie de la protection individuelle. Il est fortement recommandé de ne pas se toucher la bouche, le nez et les yeux et de se laver les mains régulièrement.
  • Les masques en coton/gaze ne sont en aucun cas recommandés.
  • Sachez que les masques de protection peuvent être en rupture de stock et/ou sujets à de fortes augmentations de prix, en fonction de l’endroit.

Sécurité numérique

  • Sachez que les journalistes peuvent être confrontés à des niveaux accrus d’hostilité en ligne liés à leur couverture de la pandémie de COVID-19. Revoyez les meilleures pratiques du CPJ pour savoir comment vous protéger des attaques.
  • Les gouvernements et les entreprises de haute technologie se tournent de plus en plus vers la surveillance comme moyen de suivre la propagation du COVID-19. Parmi ces entreprises on peut citer le Groupe NSO qui a créé Pegasus, un logiciel espion qui a été utilisé pour cibler les journalistes, selon Citizen Lab. Certains groupes de défense des libertés civiles s’inquiètent de la manière dont ces techniques de surveillance seront exploitées pour cibler des personnes après la fin de cette crise sanitaire. Transparency International surveille ces évolutions mondiales sur son site web.
  • Réfléchissez avant de cliquer sur des liens ou de télécharger des documents contenant des informations sur le COVID-19. Des criminels profitent de la crise sanitaire actuelle et de la panique qu’elle provoque pour cibler des individus et des organisations à l’aide d’attaques par hameçonnage sophistiquées qui peuvent aboutir à ce que des logiciels malveillants s’installent sur vos dispositifs, selon la Electronic Frontier Foundation.
  • Soyez prudent(e) lorsque vous cliquez sur des liens liés au COVID-19 sur les médias sociaux ou des applis de messagerie car certains risquent de vous diriger vers des sites qui infectent les dispositifs de logiciels malveillants.
  • Méfiez-vous des logiciels rançonneurs tels que COVID-19 Tracker qui ciblent les individus.
  • Des cartes montrant des informations actualisées sur le COVID-19 provenant de sources fiables, tels que l’OMS, ont été signalées comme contenant des logiciels malveillants qui peuvent servir à dérober des mots de passe.
  • Méfiez-vous de la désinformation émise par certains gouvernements, comme le rapporte The Guardian, ainsi que de la désinformation généralisée, contre laquelle la BBC met en garde. Un myth buster guide (guide « brise-mythes ») est disponible sur le site de l’OMS.
  • Soyez prudent(e) face aux renseignements sur le COVID-19 partagés dans les clavardages et discussions en groupe sur des appli de messagerie, qui peuvent contenir des « fake news » et des canulars.
  • Notez que les contenus liés au COVID-19 circulant sur Facebook sont actuellement vérifiés par l’intelligence artificielle (IA) à la place des vérificateurs de contenu humains, ce qui a abouti à la suppression par erreur de contenus légitimes relatifs à la pandémie.
  • Soyez conscient(e) des risques posés par les reportages réalisés sur et/ou dans des régimes autoritaires qui surveilleront probablement de près la couverture de la pandémie de COVID-19. Certains gouvernements peuvent essayer de cacher l’étendue d’une épidémie et/ou de censurer les médias en conséquence, comme l’a souligné le CPJ.

Sécurité physique pendant l’affectation

  • Les journalistes en reportage dans une prison ou un centre de détention doivent être conscients des dangers posés par d’éventuelles manifestations et/ou émeutes fomentées par les détenus face à la pandémie de COVID-19, comme on a pu en voir récemment en Italie, en Colombie et en Inde.
  • Notez qu’il peut y avoir une augmentation potentielle des niveaux de criminalité, sachant que des pays tels que les États-Unis, l’Irlande, la Palestine et l’Iran ont commencé à libérer des détenus afin d’alléger la population carcérale pendant la pandémie de COVID-19. Notez aussi que les fournitures pourraient commencer à manquer, augmentant les chances de pillage et de vol qualifié.
  • Les journalistes couvrant la pandémie de COVID-19 dans des régimes autoritaires doivent être conscients du danger d’être détenus et/ou arrêtés, comme l’a souligné le CPJ.
  • Si vous avez la possibilité de voyager pour une affectation internationale (voir ci-dessous), renseignez-vous sur la toute dernière situation en matière de sécurité dans votre pays de destination. À ce jour, des incidents violents isolés ont eu lieu en Israël, au Brésil, au Pakistan, à Chypre, à la Réunion et en Ukraine, et des protestations exacerbées par la pandémie de COVID-19 sont actuellement en cours en Irak et à Hong Kong.

Affectations internationales

En raison des restrictions mondiales, les voyages internationaux sont désormais extrêmement difficiles et de plus en plus rares. Si une affectation à l'étranger est possible, vous devez considérer les éléments suivants :

  • Assurez-vous que les vaccinations et médicaments préventifs nécessaires pour votre pays de destination sont à jour à temps. Prévoyez de vous faire vacciner contre la grippe afin d’éviter toute confusion concernant des symptômes que pourriez manifester.
  • Consultez votre police d’assurance voyage. Certains gouvernements ont émis divers niveaux de conseils et d’alertes aux voyageurs se rendant dans un nombre croissant de pays. Ces gouvernements incluent le British Foreign and Commonwealth Office britannique, le Département d’État américain et le ministère français des Affaires étrangères. Sachez qu’il pourrait être impossible à l’avenir d’obtenir une couverture pour les voyages en rapport avec le COVID-19.
  • Vérifiez régulièrement le statut de tout événement auquel vous pourriez assister, en tenant compte du fait que de nombreux pays ont interdit les rassemblements publics au-delà d’un certain nombre de personnes.
  • Renseignez-vous sur les interdictions de voyage actuelles et/ou à venir dans votre pays de destination. Il est probable que d’autres interdictions et/ou restrictions visant des ressortissants étrangers soient mises en place à l’avenir.
  • Veillez à avoir un plan d’urgence en place sachant que des centres urbains, des régions spécifiques et/ou des pays entiers peuvent être confinés et mis en quarantaine sans préavis ou presque. Sachez que certaines organisations et certains employeurs ont renforcé leur niveau de préparation à l’évacuation pour tout le personnel basé à l’étranger.
  • Sachez qu’un nombre croissant de frontières terrestres ont été fermées. Il est probable que d’autres frontières seront fermées à l’avenir, ce dont vous devrez tenir compte dans votre plan d’urgence.
  • Ne voyagez pas si vous êtes malade. La plupart des aéroports internationaux et régionaux ainsi que d’autres centres de transport ont mis en œuvre des mesures de dépistage sanitaire strictes. Il est fort probable que les voyageurs seront soumis à de tests et/ou à une quarantaine/un auto-isolement forcés à leur arrivée.
  • Sachez que les options de voyage à l’échelle mondiale ont été considérablement réduites du fait que les compagnies aériennes annulent des vols à destination/en provenance de certaines destinations. D’autres annulations sont probables à mesure que les cas de COVID-19 augmentent.
  • Vous devriez acheter des billets d’avion entièrement remboursables. Selon l’IATA, le COVID-19 est à l’origine de difficultés financières importantes pour de nombreuses compagnies aériennes et aurait contribué à l’effondrement récent de la plus grande compagnie aérienne régionale d’Europe FlyBe.
  • Envisagez d’emporter des produits avec vous. Des pénuries de certains articles ont été signalées ainsi que des incidents d’achats compulsifs dictés par la panique concernant notamment les masques de protection, les désinfectants pour les mains, le savon, les aliments en conserve et le papier hygiénique. Notez qu'une grève et/ou une pénurie de travailleurs en raison d'infections au COVID-19 pourrait aggraver la situation dans votre pays de destination.
  • Soyez conscients que des pays ayant des ressources en eau limitées, tels que la Jordanie, pourraient commencer à éprouver une demande accrue et des pénuries.
  • Vérifiez la situation actuelle concernant les visas pour votre destination, et notez que de nombreux pays ont suspendu des visas qui avaient déjà été délivrés pour les voyages.
  • Vérifiez si votre pays de destination exige un certificat médical prouvant que vous n’êtes pas porteur(euse) du COVID-19. Vous trouverez certains exemples ici.
  • Ayez des itinéraires flexibles et prévoyez du temps supplémentaire dans les aéroports du monde entier pour les mesures de dépistage sanitaire et les points de contrôle de température. Il en va de même dans certaines gares ferroviaires, ports/quais et gares d’autobus long-courriers.
  • Tenez-vous au courant des changements mis en œuvre à votre point d’arrivée. Certains pays autoriseront les ressortissants étrangers à entrer seulement dans certains aéroports et terminaux.
  • Consultez régulièrement les sources d’information locales pour vous tenir informé(e) des restrictions de déplacements intra-urbains dans le pays dans lequel vous vous rendez.

Après l’affectation

  • Surveillez régulièrement votre état de santé pour repérer des signes de symptômes.
  • Si vous revenez d’une zone ayant un taux d’infection élevé, il se pourrait que vous deviez vous auto-isoler d’office. Veuillez consulter les conseils des organismes publics compétents.
  • Tenez-vous informé(e) des dernières informations et mises à jour sur le COVID-19, ainsi que des procédures de quarantaine et d’isolement mises en œuvre dans votre pays d’origine et de destination.
  • En fonction du taux d’infection du pays dans lequel vous vous trouvez, vous devriez envisager de consigner dans un journal les noms/numéros des individus avec lesquels vous avez été en contact dans les 14 jours suivant votre retour. Cela facilitera la recherche des contacts si vous commencez à présenter des symptômes.

Si vous présentez des symptômes

  • Si vous présentez des symptômes du COVID-19, même légers, informez votre équipe de direction et collaborez avec elle pour assurer votre transfert de l’aéroport ou d’un autre centre de transport à votre domicile. Ne prenez pas un taxi.
  • Suivez les conseils de l’OMS, du CDC, ou des autorités sanitaires locales pour vous protéger et pour protéger votre communauté.
  • Ne quittez pas votre domicile pendant au moins 7 jours à partir de la première manifestation de vos symptômes. Vous aiderez ainsi à protéger les autres dans votre communauté pendant que vous êtes contagieux(euse).
  • Prévoyez à l’avance et demandez de l’aide aux autres. Demandez à votre employeur, à vos amis et à votre famille de vous procurer les provisions dont vous avez besoin et de les déposer devant votre porte.
  • Chez vous, observez si possible une distance d’au moins 2 mètres entre vous et les autres.
  • Dormez seul(e), si possible.
  • Si vous partagez un logement avec d’autres, une période d’isolement de 14 jours doit être observée pour tous. Des conseils utiles à ce sujet sont disponibles ici. Une attention particulière doit être accordée à l’utilisation de la salle de bains, des toilettes et de la cuisine afin d’éviter la contamination croisée.
  • Lavez-vous les mains régulièrement et avec application pendant au moins 20 secondes, avec du savon et de l’eau chaude.
  • Dans la mesure du possible, tenez-vous à l’écart des individus vulnérables, tels que les personnes âgées et celles souffrant d’une affection médicale sous-jacente.
  • Vous n’avez pas besoin d’appeler les autorités sanitaires de votre pays pour vous auto-isoler, à moins que vos symptômes ne s’aggravent sensiblement pendant la période d’isolement.

Le Kit de Sécurité en ligne du CP met à la disposition des journalistes et des salles de rédaction des informations de base sur les ressources et outils en matière de sécurité physique, numérique et psychologique, y compris sur la couverture des troubles civils et des élections.

Vous aimez cette article? Soutenez notre travail