Nigeria

Rapports   |   Nigeria, Somalie

Meurtres de journalistes restés impunis

L'Indice d'impunité du CPJ en 2014 : un rapport qui met en lumière les pays dans lesquels les assassins de journalistes échappent à la justice.

En Somalie, La presse est confrontée à des risques croissants. Sur la photo, les journalistes patientent devant le palais présidentiel. (Reuters/Feisal Omar)
16 avril 2014 0h01 ET

Aussi disponible en
Español, Português, العربية, English

Attaques contre la presse   |   Nigeria

Attaques contre la presse en 2013: Nigeria

Le gouvernement du président Goodluck Jonathan a utilisé des instruments juridiques ainsi que des moyens brutaux, pour réprimer la couverture médiatique jugée critique à l’égard du gouvernement. Les sujets jugés sensibles et dangereux aux yeux du gouvernement sont : le haut niveau de corruption publique, la guerre que mène le gouvernement contre les insurgés de Boko Haram, et les activités politiques de l'administration Jonathan. Les organes de régulation, dirigés par des fonctionnaires nommés par Jonathan, ont réprimé des commentaires radio critiquant le gouvernement, et fermé une station de radio pour avoir critiqué une campagne officielle de vaccination contre la polio. Les organes de régulation ont également interdit la sortie d’un documentaire pourtant salué, qui détaillait une culture d'impunité vis-à-vis de la corruption publique.

12 février 2014 1h26 ET

Attaques contre la presse   |   Nigeria, Rwanda, Éthiopie

La presse sous pression de redorer l'image d'une Afrique émergente

Après une décennie de croissance et de développement sans précédent, l'insistance sur des nouvelles positives regagne du poids et menace la liberté de la presse en Afrique sub-saharienne. Par Mohamed Keita

Un journal vendu dans le quartier Ikoyi de Lagos le 30 Septembre 2013, avec une manchette sur une attaque meurtrière dans un collège dans le nord du Nigeria par des militants présumés de Boko Haram. La couverture du groupe peut être risquée pour la presse au Nigeria. (Reuters / Akintunde Akinleye)

12 février 2014 1h12 ET

Aussi disponible en
English

Attaques contre la presse   |   Nigeria

Attaques contre la presse en 2012: Nigeria

Le président Goodluck Jonathan a eu du mal à maintenir la stabilité alors que Boko Haram, un groupe islamiste basé dans le nord du Nigeria, continuait une vague d'attentats terroristes contre des églises, des édifices publics, et, pour la première fois, contre des bureaux d'organes de presse. En avril, le groupe a orchestré des attentats coordonnés contre les bureaux de trois journaux dans deux villes, et menacé de représailles contre 14 organes de presse qu'il accuse de dénaturer l'information au sujet de ses activités. Les menaces ont contraint de nombreux journalistes à quitter le nord du Nigeria. Les médias ont également été victimes de harcèlements persistants de la part du gouvernement: le CPJ a documenté plus de 100 cas d'agressions, d'entraves à l'exercice des activités et d'autres actions contre la presse perpétrées par les forces de sécurité et des autorités. Le président Jonathan a également essuyé de vives critiques suite à sa décision de suspendre les subventions des carburants, ce qui a donné lieu à une grève à travers le pays et des manifestations de rue dans ce grand pays producteur de pétrole. Les manifestants ont encerclé les studios du radiodiffuseur public, en l'occurrence la Nigerian Television Authority et la télévision privée, Africa Independent Television, deux organes de presse importants jugés proches du gouvernement, pour exiger une plus grande couverture de leurs préoccupations. La colère s'est propagée sur les médias sociaux après le lancement du hashtag #OccupyNigeria qui a eu un écho mondial sur Twitter.

14 février 2013 0h04 ET

Rapports   |   Cote D'ivoire, Nigeria, Somalie

Pour la presse, la couverture de manifestations s'avère mortelle

Les journalistes perdent leurs vies à un rythme élevé en couvrant des manifestations dans le monde arabe et ailleurs. Les photographes et les journalistes indépendants semblent vulnérables. Le Pakistan est à nouveau le pays le plus meurtrier pour la presse dans le monde. Telles sont les grandes lignes du rapport annuel d CPJ sur la violence meurtrière contre la presse.

En Egypte, les manifestants réclamant le changement démocratique se réunissent à la place Tahrir. (AFP)

20 décembre 2011 0h01 ET

Attaques contre la presse   |   Angola, Cameroun, Nigeria, Ouganda, Rwanda, République Démocratique du Congo, Somalie, Zimbabwe, Éthiopie

Attaques contre la presse en 2010: Analyse Afrique

À travers l'Afrique, les gouvernements criminalisent le journalisme d'investigation

Le président sortant de la Cote d'Ivoire Laurent Gbagbo, qui s'accroche au pouvoir après une dispute post-électorale, parle aux journalistes au sortir d'un bureau de vote d'Abidjan (AFP/Issouf Sanogo)

Par Mohamed Keita

À travers l'Afrique, l'émergence du journalisme d'investigation et l'absence de lois effectives sur l'accès à l'information ont établi une trajectoire de collision dans laquelle les autorités, déterminées à voiler leurs activités, opèrent agressivement pour démasquer les sources confidentielles des journalistes et criminaliser la possession de documents administratifs divulgués dans la presse. Du Cameroun au Kenya, de l'Afrique du Sud au Sénégal, les représailles gouvernementales ont abouti à des emprisonnements, à des actes violences, à des menaces et au harcèlement judiciaire. Au moins deux décès suspects, notamment ceux d'un directeur de publication et d'une source confidentielle, ont été signalés sur fond de représailles gouvernementales contre le journalisme d'investigation.

15 février 2011 0h55 ET

Aussi disponible en
English

Attaques contre la presse   |   Nigeria

Attaques contre la presse en 2010: Le Nigeria

Principaux Développements
• Deux journalistes assassinés, un autre agressé dans des violences ethniques.
• Un mystère entoure le décès du président Yar'Adua.

Statistique Cle
7 journalistes enlevés dans la région instable du sud. Tous ont été libérés.


Un voile de mystère officiel a entouré la maladie cardiaque qui a finalement coûté la vie à l'ancien président nigérian Umaru Musa Yar'Adua, suscitant ainsi un débat sur ce qui constituait l'information du public. Le Nigeria a célébré le cinquantenaire de son indépendance, mais cette célébration a été entachée par un attentat à la bombe meurtrier qui a été revendiqué par un groupe de militants du Delta du Niger. Dans un climat de violence ethnique et politique, aggravé par une impunité généralisée, au moins deux journalistes ont été assassinés en relation directe avec leur travail, tandis qu'un troisième a été tué dans des circonstances obscures. Sept autres journalistes et un collaborateur de presse ont été brièvement enlevés dans deux affaires distinctes dans la région instable du sud riche en pétrole.

15 février 2011 0h22 ET

Attaques contre la presse   |   Nigeria

Attaques contre la presse en 2009: Nigeria

Principaux développements
•Des agents du PDP au pouvoir agressent les journalistes en toute impunité.
•Un rédacteur en chef tué à son domicile en dehors de Lagos. Sa femme promet de poursuivre son travail.

Statistique clé
21: quotidiens nationaux, un nombre qui reflète le vaste environnement médiatique des médias du Nigeria.

16 février 2010 0h41 ET