Afrique

2011

Attaques contre la presse   |   Éthiopie

Attaques contre la presse en 2010: L'Éthiopie

Principaux Développements
• Le Prix international pour la liberté de la presse décerné au journaliste Dawit Kebede.
• Les autorités emprisonnent les journalistes indépendants, brouillent les émissions en langue amharique de la Voix de l'Amérique.

Statistique Cle
Des journalistes interrogés pendant 7 heures tandis que le Premier ministre prononçait un discours sur la liberté de choisir.


Le Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien (EPRDF, au pouvoir) a emprisonné des journalistes, brouillé les signaux de chaînes étrangères et bloqué des sites Web, tout en remportant une écrasante majorité parlementaire durant les élections générales en mai. La Commission électorale nationale, contrôlée par le gouvernement, a déclaré que la coalition dirigée par l'EPRDF du Premier ministre Meles Zenawi, au pouvoir depuis 1991, a ainsi remporté 545 des 547 sièges au Parlement. L'opposition a contesté ces résultats en dénonçant l'intimidation des électeurs et la fraude électorale. Le scrutin a également été critiqué par les États-Unis et l'Union européenne. Zenawi, qui a peu fait cas de ces critiques qu'il a qualifié de campagne de dénigrement, a ainsi été reconduit pour un nouveau mandat de cinq ans. Quant à la chef de fil de l'opposition, Birtukan Mideksa, elle a été maintenue en prison jusqu'en octobre.

15 février 2011 0h35 ET

Attaques contre la presse   |   Nigeria

Attaques contre la presse en 2010: Le Nigeria

Principaux Développements
• Deux journalistes assassinés, un autre agressé dans des violences ethniques.
• Un mystère entoure le décès du président Yar'Adua.

Statistique Cle
7 journalistes enlevés dans la région instable du sud. Tous ont été libérés.


Un voile de mystère officiel a entouré la maladie cardiaque qui a finalement coûté la vie à l'ancien président nigérian Umaru Musa Yar'Adua, suscitant ainsi un débat sur ce qui constituait l'information du public. Le Nigeria a célébré le cinquantenaire de son indépendance, mais cette célébration a été entachée par un attentat à la bombe meurtrier qui a été revendiqué par un groupe de militants du Delta du Niger. Dans un climat de violence ethnique et politique, aggravé par une impunité généralisée, au moins deux journalistes ont été assassinés en relation directe avec leur travail, tandis qu'un troisième a été tué dans des circonstances obscures. Sept autres journalistes et un collaborateur de presse ont été brièvement enlevés dans deux affaires distinctes dans la région instable du sud riche en pétrole.

15 février 2011 0h22 ET

Attaques contre la presse   |   République Démocratique du Congo

Attaques contre la presse en 2010: La République démocratique du Congo

Principaux Développements
• Plusieurs journalistes arrêtés par le gouvernement sous des accusations de diffamation.
• Les journalistes craignent le durcissement de la répression à l'approche des élections présidentielles de 2011.

Statistique Cle
Le journaliste Tumba Lumembu est détenu au secret par des agents de renseignement pendant 2 semaines.


Le gouvernement du président Joseph Kabila, sur la défensive face aux critiques au sujet de son record en matière de droits de l'homme et sa gestion du conflit avec les rebelles dans l'est du Congo, a censuré la le traitement de l'information par la presse et détenu plusieurs journalistes au cours de l'année.

15 février 2011 0h19 ET

Attaques contre la presse   |   Rwanda

Attaques contre la presse en 2010: Le Rwanda

Principaux Développements
• Le gouvernement suspend des journaux en langue kinyarwanda avant l'élection présidentielle.
• Le rédacteur en chef adjoint d'un journal critique à l'égard du gouvernement assassiné. Un scepticisme plane sur l'enquête policière.

Statistique Cle
93 pour cent des suffrages remportés par le président sortant Paul Kagame lors de la présidentielle. Face à lui, aucune opposition crédible.


Devant une foule de milliers de personnes à Kigali, la capitale rwandaise, quelques jours avant sa réélection en août dans un scrutin presque sans opposition, le président Paul Kagame a déclaré que «ceux qui donnent à notre pays une mauvaise image peuvent prendre une corde et se pendre», a rapporté la chaîne britannique, BBC. L'antagonisme de Kagame à l'égard de ses détracteurs a guidé le traitement de la presse par son administration tout au long de l'année électorale. Ainsi, le gouvernement a fermé les deux principaux hebdomadaires indépendants du pays en avril, réduit au silence plusieurs autres organes de presse dans les semaines ayant précédé le vote, et traduit en justice des journalistes détracteurs de sa gestion. Dans une affaire qui a défrayé la chronique, le rédacteur en chef adjoint de l'hebdomadaire indépendant Umuvugizi, Jean-Léonard Rugambage, a été abattu devant son domicile de Kigali, apparemment dans un assassinat planifié. La police a immédiatement indiqué que le meurtre était une vengeance pour la prétendue implication de ce journaliste dans le génocide de 1994, une conclusion qui a été accueillie avec un profond scepticisme par les journalistes.

15 février 2011 0h18 ET

Attaques contre la presse   |   Somalie

Attaques contre la presse en 2010: La Somalie

Principaux Développements
• Le pays africain le plus dangereux pour la presse. Deux journalistes tués en 2010.
• Les combattants islamistes insurgés, menés par les miliciens extrémistes shebab, ferment, s'emparent des principales stations de radio.

Statistique Cle
59 journalistes somaliens en exil. La Somalie est le pays qui compte le deuxième plus grand nombre de journalistes en exil au monde, après l'Ethiopie.

La Somalie est restée le pays africain le plus dangereux pour la presse. Deux journalistes ont été tués au cours de l'année en relation directe avec leur travail, ce qui porte le nombre de décès à 23 depuis 2005. Le conflit entre les groupes d'insurgés islamistes et le faible gouvernement fédéral de transition soutenu par les troupes de l'Union africaine (UA) a continué d'encourager l'exode régulier de journalistes qui cherchent à échapper à la violence meurtrière, la censure sévère et le harcèlement. Une étude du CPJ sur les journalistes en exil en 2010, publié en juin, a révélé qu'au moins 16 journalistes avaient fui le pays au cours des 12 mois précédents, avec 59 ayant choisi l'exil au cours de la décennie. Les journalistes qui sont restés au pays pratiquent une extrême autocensure pour survivre.

15 février 2011 0h16 ET

Attaques contre la presse   |   Ouganda

Attaques contre la presse en 2010: L'Ouganda

Principaux Développements
• Un projet de loi sur la surveillance électronique promulgué; celui-ci peut dissuader les reportages.
• La Cour constitutionnelle aboli la disposition du code pénal réprimant la sédition, véritable arme du gouvernement contre ces détracteurs dans la presse.

Statistique Cle
5 journalistes agressés lors d'affrontements entre des forces de sécurité et des membres du royaume du Buganda.


Les autorités ougandaises ont harcelé et obstrué des journalistes faisant des reportages sur deux événements qui ont secoué le pays: un incendie qui a détruit un lieu vénéré du royaume du Buganda et deux attentats terroristes dans la capitale Kampala. La presse a remporté une victoire juridique importante lorsque la Cour constitutionnelle a abrogé une loi pénale sur la sédition qui avait été utilisée pour museler les journalistes critiques envers le gouvernement. Mais de nouvelles menaces à la liberté de presse on jailli à travers une loi radicale sur la surveillance qui pourrait dissuader les reportages, et un projet de loi qui pourrait élargir les pouvoirs de réglementation sur les journaux. Dans la foulée, des responsables et des militants du parti au pouvoir ont agressé des journalistes qui assuraient la couverture des activités des candidats de l'opposition lors d'un scrutin local, un mauvais présage, alors que le pays se préparait pour les élections présidentielles et parlementaires de 2011.

15 février 2011 0h09 ET

Attaques contre la presse   |   Zimbabwe

Attaques contre la presse en 2010: Le Zimbabwe

Principaux Développements
• La presse obtient des acquis considérables avec l'octroi de licences à cinq publications.
• La police, des loyalistes du ZANU-PF harcèlent, agressent les journalistes indépendants.

Statistique Cle
Aucune licence de radiodiffusion délivrée aux organes de presse privés depuis 2001


Pour la première fois en sept ans, les organismes de régulation des médias, sous le contrôle de l'Union nationale africaine du Zimbabwe-Front patriotique (ZANU-PF) au pouvoir, ont accordé cinq licences à des publications privées, ouvrant ainsi une brèche pour la liberté de la presse dans ce pays longtemps opprimé. Cependant, le harcèlement de la police, l'intransigeance des autorités concernant l'octroi de licences à des radiodiffuseurs privés, et la réticence du gouvernement à poursuivre les réformes juridiques ont fait en sorte que cette brèche reste une simple fissure.
15 février 2011 0h02 ET

Communiqués   |   Cote D'ivoire

Gbagbo resserre l'étau sur la presse sous le couvert de la régulation des médias

New York, le 10 février 2011-- L'administration du président ivoirien, Laurent Gbagbo, resserre l'étau sur la presse, le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) a déclaré aujourd'hui, suite à l'accaparation par M. Gbagbo de l'organe de régulation de la presse écrite qui était pourtant connu pour son impartialité, et la décision du régulateur des médias audiovisuels cette semaine de retirer la licence de radiodiffusion de la station des Nations Unies en Cote d'Ivoire. 

10 février 2011 18h28 ET

2011

pages: 1 2 3 4 5 6 ou tout
« précédente  
« 2010 | 2012 »