CPJ en français

Rapports   |   Cameroun, Somalie, Swaziland, Érythrée, Éthiopie

La Chine est le pays qui emprisonne le plus de journalistes ; deuxième score mondial le plus élevé de l'histoire

Pour la troisième année consécutive, plus de 200 journalistes sont emprisonnés pour l’exercice de leur profession, reflet d’une hausse mondiale de l’autoritarisme. La Chine est le pays dont les prisons renferment le plus de journalistes en 2014. Rapport spécial du CPJ par Shazdeh Omari.

Un manifestant égyptien appelle à la libération du photographe indépendant Mahmoud Abou Zeid, aussi connu sous le nom de Shawkan, qui a été emprisonné depuis août 2013. (AP/Amr Nabil)

17 décembre 2014 0h01 ET

Aussi disponible en
English, Português, Türkçe, Español

Rapports   |   Rwanda

L'héritage du génocide rwandais inclut la restriction des médias et l'autocensure

Vingt ans après les massacres, le Rwanda est stable mais ses médias sont soumis à des restrictions

Le gouvernement rwandais a progressé à grands pas pour ramener la stabilité dans le pays depuis le génocide de 1994 qui a coûté la vie à 800 000 personnes, mais les progrès pour accorder plus de liberté à la presse sont lents. Si le contrôle étatique des médias s'est assoupli, de nombreux journalistes craignent toujours que les réglementations ne soient pas suffisantes pour mettre un terme au harcèlement et aux menaces, et le manque d'investissement nuit à leur réputation professionnelle. Rapport spécial du Comité pour la protection des journalistes, par Anton Harber

Des membres de la presse avec le président Kagame. La réglementation relative aux médias a été assouplie au Rwanda mais d'après les journalistes, l'autocensure est toujours très répandue. (Reuters/Munyarubuga Fred/Presidential Press Unit/Handout)
8 décembre 2014 0h01 ET

Rapports   |   Somalie

Le chemin vers la justice

Briser le cycle de l'impunité en matière de crimes contre les journalistes

L'absence de justice dans le cadre de centaines de meurtres de journalistes du monde entier est actuellement l'une des menaces principales contre la liberté de la presse. Au cours de la dernière décennie, l'attention qui a été portée sur ce problème à l'échelle internationale s'est accrue, mais peu de progrès ont été faits pour diminuer les taux d'impunité. Les États doivent encore faire preuve d'une volonté politique bien plus forte afin de mettre en œuvre les engagements internationaux qui pourront affecter les taux élevés de violences ciblées, auxquelles les journalistes font face régulièrement. Ceci est un rapport spécial du Comité pour la protection des journalistes.

28 octobre 2014 0h01 ET

Le chemin vers la justice

À propos de ce rapport

Élisabeth Witchel, fondatrice de la Campagne mondiale contre l'impunité du CPJ, est l'auteur principal de ce rapport. Witchel a lancé la campagne en 2007 et elle a compilé cinq éditions de l'indice annuel mondial d'impunité ainsi que plusieurs autres rapports importants. Elle a travaillé dans le domaine des droits de l'homme et du journalisme pendant plus de 15 ans et a participé à des missions au Pakistan, au Népal et aux Philippines, entre autres. En 2010, elle a organisé le Sommet de l'impunité du CPJ, réunissant 40 représentants de plus de 20 organisations de défenseurs de la liberté de la presse afin d'identifier les défis et les stratégies à mettre en œuvre pour lutter contre l'impunité en matière de violence contre la presse.

28 octobre 2014 0h01 ET

Le chemin vers la justice

Avant-propos

de Myroslava Gongadze

Force est de constater la triste vérité que dans le monde actuel, la vie d'un journaliste est bien souvent très dangereuse. Nous qui sommes dans les médias, nous entendons parler chaque jour de crimes perpétués contre les journalistes, allant de l'intimidation au meurtre, et c'est encore plus difficile à supporter lorsqu'il s'agit de nos amis, de notre famille ou de nos collègues. Une culture d'impunité entrave bien souvent notre recherche de justice face à ces crimes et permet aux responsables, qu'il s'agisse des autorités étatiques ou d'élites puissantes, de bloquer la quête de la vérité de façon on ne peut plus meurtrière.

28 octobre 2014 0h01 ET

Le chemin vers la justice

Chapitre 1: Que signifie l'impunité?

En 1981, l'année de création du CPJ, l'Argentine était embourbée dans ce qu'il est convenu d'appeler une sale guerre au cours de laquelle des dizaines de journalistes ont disparu. La plupart ne sont jamais revenus. À ce jour, personne n'a documenté systématiquement ces assassinats de professionnels des médias, et personne ne peut dire avec précision combien de journalistes ont péri. Etant donné le manque d'information au cours de cette période, l'attention internationale sur les disparitions de journalistes ou sur la situation catastrophique des droits de l'homme, que la plupart des journalistes assassinés tentaient de couvrir, était quasiment nulle.

28 octobre 2014 0h01 ET

Le chemin vers la justice

Chapitre 2 : Mesurer les progrès accomplis contre une réalité tenace

En novembre 2013, l'Assemblée générale des Nations Unies a inscrit la question de l'impunité au cœur de l'agenda mondial.

La Résolution sur la sécurité des journalistes et la question de l'impunité, adoptée par consensus, décrit l'absence de justice pour les victimes comme « l'un des principaux défis au renforcement de la protection des journalistes ». Elle appelle les Etats à « assurer la reddition de comptes à travers la conduite d'enquêtes impartiales, rapides et efficaces pour tous les cas présumés de violences contre les journalistes et collaborateur de presse relevant de leur compétence ». Les gouvernements sont en outre chargés de « traduire les auteurs de ces crimes devant la justice et de veiller à ce que les victimes aient accès à des mesures correctives appropriées ». La résolution proclame le 2 novembre comme la Journée internationale contre l'impunité pour les crimes commis contre les journalistes.

28 octobre 2014 0h01 ET

Le chemin vers la justice

Chapitre 3: Là où l'impunité prospère

Aux Philippines, le climat d'impunité a atteint un paroxysme tragique le 23 novembre 2009, lorsque des hommes armés ont tendu une embuscade à la caravane qui escortait le candidat politique Esmael « Toto » Mangudadatu, alors qu'il se préparait à déposer sa candidature au poste de gouverneur provincial. Les assaillants ont abattu personnes, dont 30 journalistes et deux employés des médias. C'est le bilan humain le plus lourd pour les journalistes au cours d'une même attaque, depuis que le CPJ a entrepris de documenter ces cas en 1992.

28 octobre 2014 0h01 ET

Le chemin vers la justice

Encadré : Le meurtre non résolu de Natalya Estemirova

Les services de sécurité russes, bien pourvus, disposent des capacités d'investigation et judiciaires nécessaires pour poursuivre les suspects de 14 meurtres non résolus de journalistes qui s'y sont déroulés au cours de la dernière décennie, du moins d'après l'estimation de ses propres dirigeants. Lors d'une annonce télévisée en janvier 2014, le dirigeant du Comité d'enquête Aleksandr Bastrykin s'est vanté que 90 pour cent des homicides en Russie ont été résolus. Il est vrai que le Kremlin a fait des progrès, bien que tardifs, avec des condamnations dans le cadre de l'affaire Anna Politkovskaya. Pourtant, dans d'autres cas où des journalistes sont les victimes, les enquêtes ont tendance à stagner, en particulier lorsqu'elles semblent montrer du doigt des suspects qui sont dans une position politique inconfortable. Peu d'affaires illustrent cela mieux que le meurtre de la remarquable journaliste et défenseur des droits de l'homme Natalya Estemirova.

28 octobre 2014 0h01 ET

Le chemin vers la justice

Chapitre 4: Les mesures qui fonctionnent et celles qui ne fonctionnent pas

Le 3 mai 2011, des représentants du CPJ se sont rendus au Pakistan afin d'exprimer de leurs préoccupations quant à la multiplication des attaques contre les journalistes et sur le taux élevé d'impunité dans le pays. La visite s'est déroulée à un moment dramatique : la veille, les forces américaines avaient tué Osama bin Laden, dans les environs d'Abbottabad. Pourtant, le président pakistanais Asif Ali Zardari a tenu ses engagements et a rencontré le CPJ pour discuter du nombre croissant de journalistes pakistanais assassinés en raison de leur travail, et de l'absence de poursuites contre les assaillants.

28 octobre 2014 0h01 ET