CPJ en français

Avis de sécurité

Avis de sécurité du CPJ : Le logiciel espion Pegasus est utilisé pour s'attaquer aux journalistes, à la société civile

La journaliste mexicaine Carmen Aristegui tient son téléphone portable lors d'une conférence de presse à Mexico en 2017 sur les gouvernements qui utilisent les logiciels espions pour cibler les journalistes. (AFP/Alfredo Estrella)
Mexican journalist Carmen Aristegui holds her mobile phone during a press conference in Mexico City in 2017 about governments using spyware to target journalist. (AFP/Alfredo Estrella)

Dans un rapport publié le 18 septembre, Citizen Lab a déclaré avoir détecté Pegasus, un logiciel espion créé pour les dispositifs mobiles, dans plus de 45 pays. D'après le rapport, il semblerait que Pegasus, un logiciel espion qui transforme un téléphone portable en dispositif de surveillance mobile, aurait été déployé contre plusieurs journalistes et acteurs de la société civile au Mexique, en Arabie saoudite, à Bahreïn, au Maroc, au Togo, en Israël, aux États-Unis et dans les Émirats arabes unis.

1 octobre 2018 10h35 ET

Lettres   |   Nigeria

Le président nigérian Buhari doit assurer la libération du journaliste Jones Abiri

Le Comité pour la protection des journalistes et 20 autres organisations réclament la libération du journaliste Jones Abiri, détenu par le ministère de la Sécurité de l'État (DSS) du Nigeria depuis bientôt deux ans et pour le DSS soit tenu de rendre compte de ses agressions à l'encontre des journalistes au Nigeria.

21 juin 2018 17h31 ET

Aussi disponible en
English

Blog   |   République Démocratique du Congo

Les journalistes couvrant les troubles en RDC sont victimes d'arrestation, d'agression et de coupures d'internet

La police anti-émeute se prépare avant les manifestations civiles à Kinshasa. Les journalistes couvrant les troubles en RDC risquent d'être arrêtés, attaqués ou harcelés. (Reuters/Kenny Katombe)

Indra Diomi/Stagiaire au sein du Programme Afrique du CPJ

À la veille du Nouvel An, alors que le monde se préparait à fêter 2018, le journaliste congolais Edmon Izula était frappé à plusieurs reprises avec un fusil et tenu sous la menace d'une arme par un membre des forces de sécurité de l'État. Iluza faisait partie d'au moins trois journalistes harcelés par les autorités ce jour-là, un scénario devenu courant au cours des mois de protestation en RDC.

19 avril 2018 17h19 ET

Aussi disponible en
English

Haïti

Un photojournaliste haïtien est porté disparu à Port-au-Prince

New York, le 28 mars 2018 - Les autorités haïtiennes doivent tout mettre en œuvre pour retrouver le photojournaliste indépendant Vladjimir Legagneur et conduire une enquête exhaustive et transparente sur sa disparition, a annoncé aujourd'hui le Comité pour la protection des journalistes.

29 mars 2018 14h24 ET

Aussi disponible en
English

Lettres   |   Canada

Le CPJ exprime nos préoccupations sur les modifications proposées à la Loi sur l'accès à l'information du Canada

Le Comité pour la protection des journalistes écrit au député de la Chambre des Communes du Canada Scott Brison pour exprimer ses préoccupations sur les modifications proposées à la loi sur l'accès à l'information du Canada.

27 février 2018 10h54 ET

Aussi disponible en
English

Communiqués   |   République Démocratique du Congo

Un journaliste congolais est détenu, accusé d'avoir « compromis » le président en prenant des photos sur les conditions de livraison du pain

Le Président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila, s'adresse à la nation au Palais du Peuple dans la capitale Kinshasa, en avril 2017. Des agents du service du renseignement militaire ont détenu pendant neuf heures le journaliste Willy Akonda, accusé d'avoir pris des photos qui « compromettaient » le Président Joseph Kabila. (Reuters/Kenny Katombe).

New York, le 25 janvier 2018 - Le Comité pour la protection des journalistes a déclaré aujourd'hui que les autorités de la RDC devraient enquêter sur les individus responsables du harcèlement et de la détention de Willy Akonda, journaliste auprès de l'organe de presse privé ACTUALITE.CD, et les conduire en justice.

26 janvier 2018 16h55 ET

Rapports

En l'absence de nouveaux conflits militaires, le nombre de journalistes assassinés est de nouveau en baisse

Un collègue de la journaliste Shifa Gardi allume une bougie lors d'une veillée funèbre en son honneur dans les bureaux de Rudaw TV à Erbil. L'Irak est le pays le plus meurtrier pour les journalistes en 2017. (AFP/Safin Hamed)

Au moins 42 journalistes ont été tués dans l'exercice de leur métier en 2017, ce qui représente le deuxième déclin consécutif par rapport au nombre record de meurtres au début de la décennie. Moins de journalistes sont morts en couvrant les conflits au Moyen Orient et le nombre de journalistes assassinés en représailles pour leurs reportages a baissé, sauf au Mexique. Rapport spécial du CPJ par Elana Beiser

21 décembre 2017 0h00 ET

Tags:

Rapports

Nombre record de journalistes incarcérés en Turquie, en Chine et en Égypte, pays qui se livrent impunément à la répression de la liberté de la presse

Le 31 octobre 2017, des journalistes et des manifestants brandissent des pancartes devant un tribunal à Istanbul pour réclamer la libération de leurs collègues incarcérés, notamment le journaliste turque, Ahmet Şık. En 2017, la Turquie a été classée comme le pire geôlier de journalistes. (AP/Lefteris Pitarakis)

C'est la deuxième année consécutive où le nombre de journalistes incarcérés pour des faits en rapport avec leur métier a atteint un niveau record, dans la mesure où les États-Unis et les autres puissances occidentales n'ont pas mis de pression sur les pires geôliers du monde -- la Turquie, la Chine et l'Égypte -- pour les contraindre à améliorer la situation catastrophique pour la liberté de la presse. Un rapport spécial du CPJ par Elana Beiser

13 décembre 2017 0h00 ET

Aussi disponible en
English, العربية, 中文, Português, Русский, Español

Tags:

Rapports

Commettre le meurtre et s'en tirer impuni

une veillée funèbre à Sliema, Malte, pour Daphne Caruana Galizia, une blogueuse anticorruption, assassinée dans un attentat à la voiture piégée en octobre 2017. (AFP/Matthew Mirabelli).

L'Indice mondial de l'impunité du CPJ 2017 met en lumière les pays où les journalistes sont assassinés et les assassins échappent à la justice

Elisabeth Witchel

Publié le 31 octobre, 2017

Selon le 10e Indice mondial de l'impunité du Comité pour la protection des journalistes, un classement mondial des pays où les assassins de journalistes échappent à la justice, l'impunité des assassins peut devenir un cycle inextricable qui s'étend sur une décennie ou plus. Sur l'indice lancé depuis une décennie déjà, sept pays figurent chaque année sur la liste, notamment la Somalie qui est le pays en tête du classement, avec les taux d'impunité les plus élevés pour les meurtres de journalistes depuis trois ans d'affilée.

31 octobre 2017 8h00 ET

Aussi disponible en
English, Español, Português, Русский, العربية

Tags:

Rapports   |   Cameroun

Journalistes, pas terroristes: Au Cameroun, la législation anti-terroriste est utilisée pour imposer silence aux opposants et réprimer la dissidence

En 2014, le Cameroun a promulgué une loi antiterroriste excessive dans le cadre de sa lutte contre le groupe extrémiste Boko Haram, mais les autorités s'en servent pour arrêter et menacer les journalistes locaux qui couvrent les militants ou l'agitation sociale dans les régions anglophones du pays. Un décret présidentiel en août 2017 a mis fin aux poursuites judiciaires contre au moins quatre journalistes, mais les lois qui ont été utilisées contre eux sont encore en place. Le correspondant de RFI Ahmed Abba reste en prison. Avec les élections qui auront lieu l'année prochaine, bon nombre des journalistes au Cameroun se disent trop effrayés pour couvrir la politique ou des sujets sensibles.

Un rapport spécial publié par le Comité pour la protection des journalistes.

Publié le 20 septembre 2017

20 septembre 2017 8h00 ET

Tags: