CPJ en français

Rapports

Nombre record de journalistes incarcérés en Turquie, en Chine et en Égypte, pays qui se livrent impunément à la répression de la liberté de la presse

Le 31 octobre 2017, des journalistes et des manifestants brandissent des pancartes devant un tribunal à Istanbul pour réclamer la libération de leurs collègues incarcérés, notamment le journaliste turque, Ahmet Şık. En 2017, la Turquie a été classée comme le pire geôlier de journalistes. (AP/Lefteris Pitarakis)

C'est la deuxième année consécutive où le nombre de journalistes incarcérés pour des faits en rapport avec leur métier a atteint un niveau record, dans la mesure où les États-Unis et les autres puissances occidentales n'ont pas mis de pression sur les pires geôliers du monde -- la Turquie, la Chine et l'Égypte -- pour les contraindre à améliorer la situation catastrophique pour la liberté de la presse. Un rapport spécial du CPJ par Elana Beiser

13 décembre 2017 0h00 ET

Aussi disponible en
English, العربية, 中文, Português, Русский, Español

Tags:

Rapports

Commettre le meurtre et s'en tirer impuni

une veillée funèbre à Sliema, Malte, pour Daphne Caruana Galizia, une blogueuse anticorruption, assassinée dans un attentat à la voiture piégée en octobre 2017. (AFP/Matthew Mirabelli).

L'Indice mondial de l'impunité du CPJ 2017 met en lumière les pays où les journalistes sont assassinés et les assassins échappent à la justice

Elisabeth Witchel

Publié le 31 octobre, 2017

Selon le 10e Indice mondial de l'impunité du Comité pour la protection des journalistes, un classement mondial des pays où les assassins de journalistes échappent à la justice, l'impunité des assassins peut devenir un cycle inextricable qui s'étend sur une décennie ou plus. Sur l'indice lancé depuis une décennie déjà, sept pays figurent chaque année sur la liste, notamment la Somalie qui est le pays en tête du classement, avec les taux d'impunité les plus élevés pour les meurtres de journalistes depuis trois ans d'affilée.

31 octobre 2017 8h00 ET

Aussi disponible en
English, Español, Português, Русский, العربية

Tags:

Rapports   |   Cameroun

Journalistes, pas terroristes: Au Cameroun, la législation anti-terroriste est utilisée pour imposer silence aux opposants et réprimer la dissidence

En 2014, le Cameroun a promulgué une loi antiterroriste excessive dans le cadre de sa lutte contre le groupe extrémiste Boko Haram, mais les autorités s'en servent pour arrêter et menacer les journalistes locaux qui couvrent les militants ou l'agitation sociale dans les régions anglophones du pays. Un décret présidentiel en août 2017 a mis fin aux poursuites judiciaires contre au moins quatre journalistes, mais les lois qui ont été utilisées contre eux sont encore en place. Le correspondant de RFI Ahmed Abba reste en prison. Avec les élections qui auront lieu l'année prochaine, bon nombre des journalistes au Cameroun se disent trop effrayés pour couvrir la politique ou des sujets sensibles.

Un rapport spécial publié par le Comité pour la protection des journalistes.

Publié le 20 septembre 2017

20 septembre 2017 8h00 ET

Tags:

Communiqués

Le Cameroun utilise la loi antiterroriste pour faire taire la presse critique

New York, 20 septembre 2017 - Selon un rapport du Comité pour la protection des journalistes publié aujourd'hui, la loi anti-terroriste du Cameroun, rédigée en termes généraux, est utilisée par les autorités pour arrêter et menacer les journalistes locaux. Ce rapport intitulé « Journalistes, pas terroristes : Au Cameroun, la législation anti-terroriste est utilisée pour imposer silence aux opposant et réprimer la dissidence » constate qu'en dépit d'un décret présidentiel mettant fin aux poursuites engagées contre au moins quatre journalistes, la loi qui a été utilisée à leur encontre est toujours en vigueur à l'approche des élections de l'année prochaine.

20 septembre 2017 7h45 ET

Aussi disponible en
English

Tags:

Lettres   |   République du Congo

La République du Congo doit libérer l'éditeur du Talassa

Monsieur Denis Sassou Nguesso Président de la République Palais présidentiel Brazzaville, Congo Via email à porte parole du gouvernement: [email protected] 18 septembre 2017 Monsieur le Président,...

18 septembre 2017 14h21 ET

Aussi disponible en
English

Communiqués

Le CPJ publiera un rapport sur la répression de la liberté de la presse au Cameroun

New York, le 15 septembre 2017 - Le Comité pour la protection des journalistes publiera son rapport intitulé «Journalistes, pas terroristes: au Cameroun, la législation antiterroriste est utilisée pour calmer les critiques et supprimer la dissidence», le 20 septembre.

Les autorités camerounaises ont utilisé une interprétation large de la loi antiterroriste, promulguée en 2014, pour arrêter et menacer les journalistes locaux qui rapportent sur le groupe militant Boko Haram ou les troubles dans les régions anglophones du pays. Les journalistes arrêtés en vertu de cette loi, y compris le radio diffuseur de Radio France Internationale et lauréat du Prix de la Liberté de la Presse International du CPJ, l'honorable Ahmed Abba, font face au tribunal militaire et à des peines sévères. Un décret présidentiel en août 2017 a mis fin à des procédures judiciaires contre au moins quatre journalistes, mais la loi reste en place. Avec les élections qui auront lieu l'année prochaine, un grand nombre des journalistes du Cameroun se disent trop effrayés pour couvrir les problèmes politiques ou délicats.

QUOI: La publication de " Journalistes et non terroristes: au Cameroun, la législation antiterroriste sert à calmer les critiques et à supprimer la dissidence".

QUAND: 8h00 ET/ EST Le 20 septembre 2017.

OU: www.cpj.org

15 septembre 2017 17h21 ET

Attaques contre la presse

Être une cible

Une reporter apprend à esquiver les menaces des terroristes pour couvrir l'histoire
Par Rukmini Callimachi

Le convoi de voitures arborant le drapeau noir d'Al-Qaïda a balayé le nord du Mali en 2012. En quelques semaines, on a eu l'impression qu'on avait fermé les rideaux.

25 avril 2017 8h20 ET

Aussi disponible en
English

Attaques contre la presse

Zone de silence

Le public est privé d'informations lorsque des journalistes sont assassinés
Par Robert Mahoney

Le journaliste Avijit Roy a créé le blog « Mukto-Mona », ou Penseur libre, pour servir de tribune à l'expression libre et aux idées qui défient l'intolérance religieuse croissante dans son Bangladesh natal. Son blog pour la liberté intellectuelle lui a coûté la vie.

25 avril 2017 8h19 ET

Aussi disponible en
English, Español, Português

Attaques contre la presse

Le droit prime la force

Nous possédons les lois et les institutions pour repousser les tentatives de contrôle de l'information
Par David Kaye

Le roman russe étonnamment original d'Ievgueni Zamiatine publié dans les années 1920 et intitulé Nous autres est beaucoup moins lu que ses successeurs canoniques de langue anglaise, Brave New World et 1984. Pourtant, George Orwell connaissait le livre de Zamiatine et s'en est clairement inspiré pour écrire 1984. L'hommage rendu est évident : un héro solitaire a du mal à se définir par rapport à la société ; un État et son leader mystérieusement cultiste contrôlent la vie privée, l'information et la pensée ; l'amour est interdit et la liberté est catégoriquement rejetée ; la violence et la brutalité du pouvoir guettent sous le couvert d'une société apparemment propre et mécanisée ; les mots communs sont redéfinis et la propagande est omniprésente dans la vie quotidienne ; et, au final, la réalité est rejetée au profit des mythes et des mensonges.

25 avril 2017 8h17 ET

Aussi disponible en
English, Español, Português, العربية, Русский, Türkçe