A picture taken on October 1, 2019, shows the logos of mobile apps Instagram, Snapchat, Twitter, Facebook, Google, and Messenger. (AFP/Denis Charlet)
Image prise le 1er Octobre 2019 montrant les logos des applications mobiles Instagram, Snapchat, Twitter, Facebook, Google et Messenger. (AFP/Denis Charlet)

Sécurité numérique : Protection contre les attaques ciblées en ligne

Mise à jour le 28 septembre 2020

Les journalistes qui font des reportages sur la désinformation, les théories de conspiration ou les fausses nouvelles sont souvent exposés à des attaques en ligne de la part de ceux qui sont à l’origine de ces opinions ou qui les soutiennent, ainsi que de personnes ayant de fortes tendances politiques. Les personnes qui soutiennent la diffusion de ce type d’informations en ligne peuvent organiser des attaques coordonnées visant à bâillonner les journalistes et à discréditer leur réputation. Les professionnels des médias qui couvrent ces questions peuvent prendre des mesures pour gérer leur profil en ligne et protéger leurs comptes afin de limiter les dommages causés par les agresseurs en ligne.

Gérer votre empreinte en ligne

Des agresseurs en ligne travaillant en coordination s’organiseront pour vous cibler directement. Pour ce faire, un grand nombre de personnes consulteront vos sites de médias sociaux et les bases de données publiques en ligne pour obtenir des informations personnelles vous concernant. Ils peuvent utiliser vos données personnelles, telles que votre localisation, pour vous menacer ou menacer des membres de votre famille. Les agresseurs peuvent également rechercher des photos personnelles de vous et manipuler l’image pour vous harceler, vous discréditer jeter l’opprobre sur vous.

● Examinez les informations disponibles sur vous en ligne et prenez note des sites où ces informations sont conservées.

Prenez des mesures pour supprimer toute information que vous ne vous sentez pas à l’aise d’avoir dans le domaine public ou qui pourrait vous mettre en danger, comme votre adresse ou des photos de vos enfants.

● Soyez conscient(e) des images de vous disponibles en ligne et réfléchissez à la manière dont elles pourraient être utilisées contre vous.

● Inscrivez-vous sur des sites de retrait de données pour faire retirer votre adresse des bases de données publiques.

● Vérifiez les paramètres de confidentialité de vos comptes de médias sociaux pour voir quelles informations sont accessibles à d’autres personnes. Supprimez ou limitez l’accès aux contenus qui, selon vous, pourraient être utilisés pour vous discréditer ou qui pourraient vous mettre en danger.

● Désactivez la fonction ‘suivi de localisation’ pour tous vos comptes de médias sociaux.

● Envisagez de supprimer les anciens messages des médias sociaux ou d’utiliser un service qui supprimera les anciens tweets. Afin de vous discréditer, les agresseurs font souvent ressurgir d’anciens messages envoyés par vous.

● Configurez des alertes Google pour votre nom, y compris différentes orthographes courantes de votre nom. Cela vous alertera si votre nom est mentionné en ligne.

● Prévoyez des rappels de calendrier pour vous rappeler de revoir votre profil en ligne régulièrement, par exemple tous les trois mois.

● Sachez qu’une copie de toute information mise en ligne par vous est susceptible d’exister sous une forme ou une autre sur Internet, même après que vous l’aurez supprimée. Par exemple, dans les services d’archives d’Internet.

Sécurisez vos comptes

Les agresseurs en ligne peuvent également essayer d’accéder à vos comptes. Ils le font pour obtenir des informations personnelles vous concernant, pour verrouiller vos comptes et pour publier des contenus de vos propres comptes qui pourraient discréditer votre réputation. Les journalistes peuvent prendre une série de mesures pour s’assurer d’avoir sécurisé leurs comptes. Ces mesures doivent idéalement être prises avant qu’une attaque ne se produise.

● Activez l’authentification à deux facteurs (2FA) pour tous vos comptes, y compris les comptes de courrier électronique, les comptes de médias sociaux et tout compte susceptible de contenir vos données financières.

● Utilisez un gestionnaire de mots de passe pour créer des mots de passe longs et uniques de plus de 20 caractères pour tous vos comptes en ligne.

● Surveillez vos comptes et soyez attentifs/attentives aux alertes des fournisseurs de services en ligne concernant toute activité inhabituelle.

● Séparez vos informations en ligne. Utilisez les comptes de médias sociaux pour votre travail ou pour votre usage personnel. Évitez par exemple d’avoir comme amis à la fois vos sources et les membres de votre famille sur votre compte Facebook. Vous vous assurerez ainsi que si un agresseur accède à l’un de vos comptes, il n’aura accès qu’aux informations concernant une partie de votre vie et non les deux.

● Envisagez de rendre privés certains ou tous vos comptes de médias sociaux pendant une attaque.

Parlez avec d’autres personnes

Si votre secteur attire le harcèlement de la foule en ligne et que vous ayez été ou craigniez d’être pris(e) pour cible, envisagez de parler à d’autres personnes de votre agression. Cela peut vous aider à préparer et à gérer une attaque. Envisagez de prendre les mesures suivantes :

● Pensez à créer un réseau de collègues, d’amis et de membres de famille qui vous soutiennent et qui puissent prendre en charge la surveillance de vos comptes et vous aider à surmonter l’isolement que le harcèlement en ligne entraîne souvent.

● Envisagez de parler à votre famille et à vos amis du harcèlement en ligne. Les agresseurs en ligne ciblent souvent les membres de la famille. Il est donc important que ceux-ci apprennent à réduire l’accès extérieur à leurs comptes de médias sociaux.

● Renseignez-vous pour savoir si votre média a une politique de harcèlement en ligne. Envisagez de discuter avec votre rédacteur en chef et votre équipe de la possibilité d’obtenir du soutien au travail.

Traiter avec les harceleurs

Répondre à ceux qui vous harcèlent peut souvent aggraver la situation. Dans une attaque en ligne ciblée, le nombre élevé d’agresseurs en ligne signifie que les journalistes seront incapables de suivre le nombre de commentaires, de messages directs et de courriels et qu’ils ne pourront peut-être pas utiliser leurs comptes de médias sociaux pour travailler. Les étapes suivantes peuvent être utiles lorsqu’on a affaire à un grand nombre d’agresseurs en ligne :

● Sachez que les agresseurs en ligne cherchent à vous contrarier et risquent d’augmenter le nombre d’abus en ligne si vous leur répondez.

● Comprenez que les comptes qui vous attaquent ne correspondent pas tous à des personnes réelles. Certains seront des comptes automatisés et d’autres des individus payés par des tiers pour harceler des personnes en ligne.

● Créez un système pour documenter les abus, en particulier tout ce qui vous semble particulièrement menaçant et qui pourrait conduire à une attaque physique. Documentez également les comptes qui vous trollent régulièrement. Si vous avez le sentiment que les menaces pèsent sur votre bien-être, demandez de l’aide pour ce faire.

● Faites des captures d’écran des abus, y compris du message ou de l’image offensante, de la date, de l’heure et du nom ou du pseudonyme de l’auteur du harcèlement. Créez une chronologie de l’agression, ce qui peut être utile lorsque vous vous adressez à votre média ou aux autorités.

● Envisagez de bloquer ou de désactiver le son des comptes qui vous harcèlent. Si vous signalez un abus à une société de médias sociaux, notez dans votre documentation la date et l’heure auxquelles vous avez déposé la plainte.

● Envisagez de désactiver les réponses sur Twitter. Seules les personnes que vous suivez pourront répondre à vos Tweets.

● Une fois que l’attaque s’est calmée, vous voudrez peut-être vous renseigner sur les auteurs de l’attaque et les raisons pour lesquelles ils vous ont pris pour cible.

Pour plus d’informations sur la manière de sécuriser votre profil en ligne, consultez la page du CPJ intitulée Supprimer vos données personnelles d’Internet. Lisez l’Avis de sécurité numérique du CPJ sur la couverture de la COVID-19 pour plus d’informations sur la manière d’améliorer votre sécurité lorsque vous travaillez à domicile.

Note de la rédaction: Cet avis a été publié pour la première fois le 21 mai 2020. Il est révisé périodiquement. La date de publication en haut de la page reflète la révision la plus récente.