Rapports   |   Cameroun, China, Egypt, Iran, Myanmar, Russia, Érythrée, Éthiopie

Des centaines de journalistes emprisonnés dans le monde entier deviennent la nouvelle norme

Aussi disponible en English, العربية, 中文, Português, Русский, Español, Türkçe

Kyaw Soe Oo, journaliste de Reuters, est menotté dans un tribunal à Yangon, en septembre. Lui et son collègue Wa Lone purgent une peine de sept ans d'emprisonnement au Myanmar. (Reuters/Ann Wang)

Pour la troisième année consécutive, 251 journalistes ou plus sont emprisonnés dans le monde entier ; ce qui suggère que l'approche autoritaire de la couverture critique des nouvelles est plus qu'une hausse temporaire. La Chine, l'Égypte et l'Arabie Saoudite ont emprisonné plus de journalistes que l'année dernière, et la Turquie est restée le pire geôlier du monde. Un rapport spécial du CPJ par Elana Beiser

Publié le 13 décembre 2018

NEW YORK

De nouvelles vagues de répression en Chine, en Égypte et en Arabie Saoudite ont soutenu la répression mondiale de la liberté de la presse en 2018 pour la troisième année consécutive. Dans son enquête mondiale annuelle, le Comité pour la Protection des Journalistes a trouvé au moins 251 journalistes en prison pour leur travail, alors que la Turquie - toujours le pire geôlier des journalistes au monde - en a libéré un petit nombre.

Les trois dernières années ont enregistré le plus grand nombre de journalistes emprisonnés depuis que le CPJ a commencé à faire le suivi, avec des records consécutifs battus en 2016 et 2017. La Turquie, la Chine et l'Égypte sont responsables de plus de la moitié des personnes emprisonnées dans le monde pour la troisième année consécutive.

La majorité des personnes incarcérées à l'échelle mondiale - 70% - sont accusées d'appartenir à des groupes considérés par les autorités comme des organisations terroristes ou de les aider. Le nombre de détenus accusés de fausses nouvelles est passé à 28 dans le monde, contre neuf il y a deux ans à peine. L'Égypte a emprisonné le plus grand nombre de journalistes accusés de fausses informations avec 19, suivis par le Cameroun avec quatre, le Rwanda avec trois et un en Chine et au Maroc. L'augmentation s'inscrit dans le contexte d'une rhétorique mondiale accrue en matière de « fausses nouvelles », dont le président américain Donald Trump est la voix principale.

Le portail d'un centre de 'formation professionnelle' au Xinjiang. Au moins 10 journalistes sont emprisonnés sans inculpation dans la région, où les Nations unies ont accusé Beijing d'avoir détenu jusqu'à un million de personnes sans procès. (Reuters/Thomas Peter)

Le nombre plus élevé de prisonniers en Chine - avec 47 derrière les barreaux - reflète la dernière vague de persécution de la minorité ethnique Ouïgour dans la région du Xinjiang. Au moins 10 journalistes en Chine ont été détenus sans inculpation, tous à Xinjiang, où les Nations Unies ont accusé Pékin de surveillance de masse et de détention d'un million de personnes sans procès. Dans l'exemple le plus médiatisé, Lu Guang, photographe indépendant et résident américain dont les travaix sur les questions environnementales et sociales en Chine ont remporté des prix de la World Press Photo Foundation et National Geographic, a disparu au Xinjiang début novembre. Les autorités ont par la suite confirmé son arrestation à sa famille, mais n'ont pas divulgué son lieu de détention ni les raisons de sa détention.

De manière plus générale, le Président Xi Jinping n'a cessé d'accroître son emprise sur le pouvoir depuis son entrée en fonction en 2013 ; cette année, les autorités ont renforcé la réglementation de la technologie qui peut contourner le fameux pare-feu du pays, publié des listes d'agences de presse « approuvés » et des avocats radiés représentant des journalistes emprisonnés, selon le CPJ. Alors que le président Trump n'a cessé de faire pression sur Pékin concernant ses pratiques commerciales et technologiques, les droits de l'homme - tels que la liberté de la presse et la répression à Xinjiang - n'ont pas figuré dans les manchettes.

En Égypte, au moins 25 journalistes sont en prison, alors que l'administration du Président Abdel Fattah el-Sisi a de plus en plus arrêté des journalistes et les a ajoutés aux procès de masse existants. Mohamed Ibrahim, un blogueur connu sous le nom «Mohamed Oxygen» qui couvrait des allégations d'irrégularités électorales et de violences policières, est l'un des 40 accusés dans une affaire, est accusé de fausses informations et faire partie d'un groupe interdit. Les procureurs de la sécurité nationale ont renouvelé à plusieurs reprises la détention provisoire de 15 jours d'Oxygen depuis son arrestation en avril.

Même après le procès, les autorités égyptiennes font des mesures ridicules pour garder des journalistes critiques derrière les barreaux. Le photographe Mahmoud Abou Zeid, connu sous le nom de Shawkan, est en prison depuis le 14 août 2013, date à laquelle il a été arrêté pour avoir couvert les affrontements entre les forces de sécurité égyptiennes et les partisans du Président Mohamed Morsi déchu. Premièrement, les autorités l'ont détenu pendant deux ans sans inculpation ; puis ils l'ont jugé pour possession d'armes, rassemblement illégal, meurtre et tentative de meurtre. Le 8 septembre 2018, un tribunal a condamné Shawkan pour meurtre et appartenance à un groupe terroriste et l'a condamné à cinq ans de prison qu'il avait déjà purgé. Les autorités détiennent maintenant Shawkan pendant six mois supplémentaires pour des amendes impayées liées à des dommages non spécifiés pendant les manifestations de 2013, selon son avocat. Le CPJ a honoré Shawkan avec un Prix international de la liberté de la presse en 2016.

L'Arabie Saoudite--sous haute surveillance pour le meurtre du chroniqueur critique du Washington Post en exil, Jamal Khashoggi, dans son consulat à Istanbul en octobre - a intensifié sa répression contre les journalistes dans son pays, avec au moins 16 journalistes derrière les barreaux le 1er décembre. Les prisonniers comprennent quatre journalistes qui ont écrit sur les droits des femmes dans le royaume, y compris l'interdiction de conduire qui a été levée en juin.

Même si le président turc Recep Tayyip Erdoğan a été le plus ardent critique de l'Arabie Saoudite pour le meurtre de Khashoggi, son gouvernement a continué à emprisonner plus de journalistes que tout autre sur la planète. Le CPJ a trouvé au moins 68 journalistes emprisonnés pour leurs travaux en Turquie, qui est légèrement plus bas que les années précédentes. Au cours de l'année, des dizaines d'autres ont été emprisonnés ou libérés, les procureurs continuant à rechercher des mandats d'arrêt et à porter de nouvelles accusations. Les tribunaux ont également ordonné la libération de certains journalistes et leur acquittement. Pour la troisième année consécutive, chaque journaliste emprisonné en Turquie fait l'objet d'accusations anti-étatiques.

Erdoğan a commencé la répression avant l'échec de la tentative de coup d'État en 2016, mais l'a ensuite intensifiée, en fermant plus de 100 organes de presse par décret. Ceux qui se trouvent à la périphérie de la profession journalistique sont également vulnérables. La liste des journalistes emprisonnés du CPJ ne comprend pas 13 employés de Gün Printing House, y compris son propriétaire, un garde de sécurité et plusieurs opérateurs de machines, qui ont été emprisonnés. Leur «crime» est évidemment le fait d'imprimer Özgürlükçü Demokrasi, un quotidien pro-kurde que le gouvernement a repris et qu'il a finalement fermé. Plusieurs journalistes affiliés au journal, qui sont inclus dans le recensement des prisons, sont détenus pour avoir soutenu le Parti des Travailleurs du Kurdistan interdit, ou PKK. Des dizaines d'autres en Turquie sont accusés d'appartenance au PKK ou à un groupe terroriste présumé dirigé par le prédicateur exilé Fethullah Gülen, que le gouvernement accuse pour la tentative de coup d'État.

Eskinder Nega est porté en triomphe par ses partisans après avoir été libéré de sa peine de 18 ans d'emprisonnement en février 2018. Pour la première fois depuis 2004, aucun journaliste n'a été emprisonné pour ses travaux en Éthiopie, au moment du recensement annuel du CPJ. (AFP/Yonas Tadesse)

L'Érythrée complète la liste du top cinq pires geôliers du monde. Avec 16 journalistes derrière les barreaux, l'Érythrée continue d'emprisonner plus de journalistes que n'importe quel pays d'Afrique subsaharienne ; le Cameroun en compte sept. La plupart des journalistes emprisonnés en Érythrée sont en détention depuis que le Président Isaias Afwerki a soudainement fermé les médias indépendants en 2001, et il n'est pas certain qu'ils soient tous en vie. L'absence d'une percée dans la liberté de la presse érythréenne et d'autres droits de l'homme contraste avec l'Éthiopie voisine ; les deux pays ont conclu un accord de paix en juin après deux décennies d'hostilité, selon des informations. Le CPJ n'a trouvé aucun journaliste emprisonné pour la première fois en Éthiopie depuis 2004.

Le Vietnam et l'Azerbaïdjan ont également emprisonné des nombres de journalistes à deux chiffres, 11 et 10 respectivement. Toutefois, en Ouzbékistan, le CPJ n'a trouvé aucun journaliste en prison pour la première fois depuis 20 ans.

Le nombre de journalistes emprisonnés en Syrie a diminué en 2018, mais uniquement parce que les autorités ont admis en 2018 que l'un des sept journalistes détenus dans ce pays depuis des années, le photojournaliste indépendant Osama al-Habaly, était décédé en détention. Les autorités ont confirmé cette année que Niraz Saied, photojournaliste Palestinien-syrien, avait été exécuté en 2016, après trois ans de détention. Saeed n'a pas été inclus dans le recensement précédent du CPJ à la demande de sa famille.

Aux États-Unis, où les journalistes ont rencontré des discours hostiles et des violences mortelles en 2018, aucun journaliste n'était en prison le 1er décembre, bien que neuf aient été arrêtés au cours de l'année, selon le Press Freedom Tracker des États-Unis, dont le CPJ est un partenaire. En outre, au cours des 18 derniers mois, le CPJ a documenté ou assisté au moins sept journalistes étrangers retenus en détention prolongée par l'Immigration and Customs Enforcement (ICE) des États-Unis alors qu'ils demandaient l'asile aux États-Unis en raison de menaces professionnelles pesant sur eux dans leur pays.

Le Venezuela emprisonnait le plus grand nombre de journalistes des Amériques, avec trois emprisonnés le 1er décembre et au Brésil, un journaliste sportif a été incarcéré pour diffamation.

Les autres résultats du recensement des prisons du CPJ sont notamment :

  • Quatre-vingt-dix-huit pour cent des journalistes emprisonnés sont des locaux emprisonnés par leurs propres gouvernements. Les cinq journalistes étrangers recensés par le CPJ sont un ukrainien en Russie et un russe en Ukraine.
  • Treize pour cent, ou 33 des journalistes emprisonnés sont des femmes, contre 8% l'an dernier.
  • Les indépendants représentaient 30% des journalistes emprisonnés, comme ces dernières années.
  • La politique est le domaine le plus risqué, suivi des droits de l'homme. Ceux qui ont été emprisonnés pour avoir couvert les droits de l'homme, y compris Wa Lone et Kyaw Soe Oo, deux journalistes de Reuters au Myanmar, ont été condamnés à sept ans chacun pour avoir violé la loi sur les Secrets Officiels en raison de leurs travaux de découverte d'atrocités militaires dans l'État de Rakhine.

En 2018, le CPJ a découvert plusieurs cas de journalistes emprisonnés lors d'enquêtes précédentes. Ces journalistes apparaissent pour la première fois au recensement de 2018, car au moment de leur arrestation, l'organisation n'était pas au courant de leur incarcération ou ne pouvait pas la relier au journalisme. En conséquence, le nombre de journalistes emprisonnés en 2017 a été ajusté dans la base de données à 272.

Le recensement des prisons ne concerne que les journalistes placés sous la garde du gouvernement et n'inclut pas ceux qui ont disparu ou sont détenus par des acteurs non étatiques. (Ces affaires - dont plusieurs journalistes détenus par des rebelles Houthi au Yémen déchiré par la guerre et un journaliste ukrainien détenu par des séparatistes pro-russes dans l'Est de l'Ukraine - sont classées comme «disparues» ou «enlevées.») Le CPJ estime que des dizaines de journalistes sont portés disparus ou enlevés au Moyen-Orient et en Afrique du Nord dans le cadre de conflits au Yémen, en Syrie, en Irak et en Libye.

Le CPJ définit les journalistes comme des personnes qui couvrent les nouvelles ou commentent les affaires publiques dans tous les médias, y compris la presse écrite, les photographies, la radio, la télévision et en ligne. Dans son recensement annuel des prisons, le CPJ n'inclut que les journalistes qu'il a confirmés avoir été emprisonnés pour leurs travaux.

Le CPJ estime que les journalistes ne devraient pas être emprisonnés pour le simple exercice de leur métier. Au cours de l'année écoulée, le plaidoyer du CPJ a contribué à la libération anticipée d'au moins 79 journalistes emprisonnés dans le monde.

La liste du CPJ est un instantané des personnes incarcérées à 12h01 le 1er décembre 2018. Elle n'inclut pas les nombreux journalistes emprisonnés et libérés tout au long de l'année ; les récits de ces affaires se trouvent sur https://cpj.org. Les journalistes restent sur la liste du CPJ jusqu'à ce que l'organisation détermine avec une certitude raisonnable qu'ils ont été libérés ou qu'ils sont morts en détention.

Elana Beiser est directrice éditoriale du Comité pour la Protection des Journalistes. Auparavant, elle a travaillé comme rédactrice en chef de Dow Jones Newswires et du Wall Street Journal à New York, Londres, Bruxelles, Singapour et Hong Kong.

Vous aimez cette article? Soutenez notre travail