Communiqués

Communiqués   |   Tchad

Un journaliste tchadien détenu depuis le 26 décembre suite à une plainte pour diffamation

Les forces de police à N'Djamena, au Tchad, le 15 juin 2015. La police a récemment arrêté le journaliste Ali Hamata Achène pour des actes présumés de diffamation et d’outrage à magistrat. (AFP/Brahim Adji)

Vancouver, Canada, 6 janvier 2020 – Les autorités tchadiennes devraient libérer le journaliste Ali Hamata Achène, et mettre un terme aux procédures criminelles pour diffamation et aux représailles contre les reporters, a déclaré aujourd’hui le Comité pour la protection des journalistes.

14 janvier 2020 8h44 ET

Aussi disponible en
English

Communiqués

La Syrie, le Mexique, pays les plus meurtriers pour les journalistes en 2019

Alors que les conflits et les assassinats à titre de représailles sont en baisse, le nombre total de journalistes tués en raison de leur travail a fortement chuté

New York, 17 décembre 2019 - Le nombre de journalistes tués dans l’exercice de leur fonction en 2019 est tombé à son niveau le plus bas en 17 ans, alors que les conflits régionaux dangereux se sont stabilisés et le nombre de journalistes assassinés en représailles à leurs reportages est au plus bas depuis que le CPJ a commencé son recensement, selon son analyse annuelle. Les nombres représentent les journalistes tués entre le 1er janvier et le 13 décembre 2019.

17 décembre 2019 12h01 ET

Communiqués

Le CPJ va publier son rapport annuel sur les journalistes tués

New York, 13 décembre 2019 - Le Comité pour la protection des journalistes publiera son rapport annuel sur les journalistes tués dans le cadre de leur travail le 18 décembre 2019.

13 décembre 2019 17h14 ET

Communiqués

Au moins 250 journalistes emprisonnés dans le monde pour la quatrième année consécutive

La Chine et la Turquie sont les plus grands geôliers de journalistes, suivies de l’Égypte et de l’Arabie Saoudite

New York, 11 décembre 2019 – Pour la quatrième année consécutive, le nombre de journalistes emprisonnés dans le monde à cause de leurs reportages a atteint au moins 250, la Chine et la Turquie figurant en tête de liste des plus grands geôliers au monde, a constaté le Comité de protection des journalistes.

11 décembre 2019 0h01 ET

Communiqués

Le CPJ va publier la liste annuelle des journalistes emprisonnés dans le monde

New York, 4 décembre 2019 - Le Comité pour la protection des journalistes publiera son recensement annuel des journalistes emprisonnés dans le monde le 11 décembre 2019.

4 décembre 2019 15h55 ET

Communiqués

L’impunité des meurtres de journalistes continue à sévir partout dans le monde

New York, le 29 octobre 2019 – L’impunité des meurtres de journalistes reste solidement ancrée dans plus d’une douzaine de pays, aussi bien dans des pays embourbés dans des conflits que dans des démocraties, a constaté le Comité pour la protection des journalistes dans son Indice mondial de l’impunité publié aujourd’hui. Ce rapport annuel met en lumière les pays où les journalistes sont régulièrement tués tandis que leurs assassins s’en tirent impunis.

29 octobre 2019 8h00 ET

Communiqués   |   Burundi

La police burundaise arrête des journalistes d'Iwacu qui couvraient les troubles

Quatre journalistes d’Iwacu, à partir de la gauche, Térence Mpozenzi, Agnès Ndirubusa, Christine Kamikazi, Egide Harerimana, et leur chauffeur, Adolphe Masabarikiza, sont détenus au Burundi. (Iwacu Media)

Nairobi, 23 octobre 2019 - Les autorités burundaises devraient libérer immédiatement quatre journalistes et un employé de l'organe de presse privé Iwacu qui ont été détenus hier par la police dans la province de Bubanza, dans l’Ouest du pays, a déclaré le Comité pour la protection des journalistes.

28 octobre 2019 19h04 ET

Aussi disponible en
English

Communiqués   |   République Démocratique du Congo

Un journaliste radio congolais attaqué par des partisans du parti au pouvoir lors d’un rallye à Kinshasa

Vue aérienne de la foule rassemblée à l’extérieur du siège de l’Union pour la démocratie et le progrès social  (UDPS) à Kinshasa le 30 mai 2019, alors que les partisans attendent le retour des dépouilles de l’ancien premier ministre congolais et du leader de l’opposition Etienne Tshisekedi, morts en Belgique en  2017. Un journaliste radio congolais a été attaqué par des partisans de l’UDPS lors d’un rallye à Kinshasa le 5 octobre  2019. (AFP/Alexis Huguet)

Le 5 octobre 2019, Dominique Dinanga, reporter pour la station radio privée Top Congo FM, a été attaqué par des partisans du parti au pouvoir l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) lors d’un rallye à Kinshasa, la capitale de la République Démocratique du Congo, où l’ancien premier ministre Bruno Tshibala devait recevoir un prix, selon le journaliste Thierry Kambundi, rédacteur en chef de Top Congo FM qui s’est entretenu par téléphone avec le CPJ, un article publié par le groupe local pour la liberté de la presse Journalistes En Danger et les informations parues dans la presse.

28 octobre 2019 15h24 ET

Aussi disponible en
English

Communiqués   |   Haïti

Le journaliste Edmond Agenor Joseph victime d’un tir de la police à Haïti alors qu’il couvrait des manifestations

Photo d’un policier à Port-au-Prince, Haïti, le 30 septembre 2019. Ce jour-là, la police a tiré sur le journaliste Edmond Agenor Joseph à Port-au-Prince. (Reuters/Andres Martinez Casares)

Miami, 1er octobre 2019 – Les autorités haïtiennes devraient mener une enquête rapide et approfondie sur le tir dont a été victime le journaliste Edmond Agenor Joseph, demander des comptes aux responsables, et garantir la protection des journalistes couvrant les manifestations, a déclaré aujourd’hui le Comité pour la protection des journalistes.

4 octobre 2019 9h47 ET

Aussi disponible en
English

Communiqués   |   Tchad

Des journalistes condamnés à des amendes, l’un d’entre eux emprisonné suite à une plainte pour diffamation au Tchad

Un policier est aperçu à N'Djamena, au Tchad, le 11 juillet 2015. Un tribunal de N'Djamena a récemment inculpé deux journalistes tchadiens pour diffamation criminelle et a condamné l’un d’entre eux à une peine d’emprisonnement. (Reuters/Moumine Ngarmbassa)

Dakar, 25 septembre 2019 – Les autorités tchadiennes ne devraient pas s’opposer à l’appel interjeté par les journalistes Martin Inoua Doulguet et Abderamane Boukar Koyon, et devraient prendre des mesures immédiates pour abroger les lois qui criminalisent les actes de journalisme, a déclaré aujourd’hui le Comité pour la protection des journalistes.

30 septembre 2019 8h39 ET

Aussi disponible en
English

En savoir plus Communiqués »