Communiqués

Communiqués   |   Gabon

L'organisme de régulation des médias du Gabon suspend deux journaux suite à des plaintes pour diffamation

Libreville, Gabon, le 16 janvier 2017. L'organisme de régulation des médias du pays a suspendu deux journaux suite à des plaintes pour diffamation (Reuters/Mike Hutchings)

Goma, Congo, 17 mai 2019 -- L'organisme de régulation des médias du Gabon devrait lever immédiatement les suspensions du trihebdomadaire L'Aube et de l'hebdomadaire Échos du Nord, et donner aux journalistes la liberté de couvrir les questions d'intérêt public, a déclaré aujourd'hui le Comité pour la protection des journalistes.

21 mai 2019 8h32 ET

Aussi disponible en
English

Communiqués   |   Comores

Les autorités comoriennes détiennent un journaliste et censurent des journaux sur fond de crise politique

Le 2 avril, 2019 les soldats montent la garde  à Moroni, capitale des Comores. Des journalistes ont été arrêtés et des journaux ont été perturbés dû la récente élection présidentielle dans le pays. (AFP / Youssouf Ibrahim).

Nairobi, 10 avril 2019 - Les autorités comoriennes devraient arrêter de détenir des journalistes et de censurer la presse au lendemain de l'élection présidentielle contestée du 24 mars, a déclaré aujourd'hui le Comité pour la protection des journalistes.

12 avril 2019 13h57 ET

Aussi disponible en
English

Communiqués

Une campagne du CPJ #WhereIsAzory attirera l'attention sur un journaliste tanzanien disparu

New York, le 4 avril 2019 - Le Comité pour la protection des journalistes a lancé aujourd'hui la campagne #WhereIsAzory pour attirer l'attention sur le cas du journaliste tanzanien indépendant Azory Gwanda. Demain cela fera 500 jours depuis qu'il a été aperçu pour la dernière fois.

4 avril 2019 0h01 ET

Communiqués   |   Mauritanie

La Mauritanie jette en prison deux blogueurs, Abderrahmane Weddady et Cheikh Ould Jiddou, accusés de diffusion de fausses informations

Des soldats de l'Armée mauritanienne sont photographiés dans un véhicule tout terrain le 19 novembre 2018. Deux blogueurs ont été détenus dans le pays sur des accusations de fausses informations. (Thomas Samson/AFP)

New York, le 28 mars 2019 - Les autorités mauritaniennes doivent libérer immédiatement les blogueurs Abderrahmane Weddady et Cheikh Ould Jiddou et cesser d'arrêter des journalistes pour diffusion de fausses informations, a déclaré aujourd'hui le Comité pour la protection des journalistes.

1 avril 2019 12h17 ET

Aussi disponible en
English

Communiqués   |   Comores

Deux journalistes en détention préventive depuis février aux Comores

Des officiers de gendarmerie montent la garde le 24 mars 2019 à Moroni, aux Comores. Deux journalistes sont en détention sans jugement dans le pays depuis février. (Gianluigi Guercia/AFP)

Nairobi, le 26 mars 2019 -- Les autorités des Comores doivent libérer immédiatement les journalistes Abdallah Abdou Hassane et Oubeidillah Mchangama, qui se trouvent en détention préventive depuis plus d'un mois pour une série d'accusations, a déclaré aujourd'hui le Comité pour la protection des journalistes.

30 mars 2019 12h49 ET

Aussi disponible en
English

Communiqués   |   Haïti

Journaliste touché par balle au cours des manifestations antigouvernementales

Un journaliste de Reuters, Robenson Sanon, soulève son bras, couvert de sang, après avoir été touché par balle lorsqu'il documentait les affrontements entre la police nationale et les manifestants près du palais présidentiel à Port-au-Prince en Haïti le 13 février 2019. (God Nalio Chery / AP)

Miami, le 14 Février, 2019-- Aujourd'hui, le Comité pour la protection des journalistes a demandé aux autorités Haïtiennes d'enquêter sur le coup de feu qui avait blessé le journaliste au cours d'une manifestation antigouvernementale, et de garantir la sûreté des journalistes qui couvrent les manifestations en cours.

19 février 2019 14h12 ET

Aussi disponible en
English

Communiqués   |   République Démocratique du Congo

Les autorités de la RDC coupent les signaux internet et les signaux de diffusion après l'élection

Les électeurs en retard vérifient une liste dans une école de Kinshasa le 30 décembre, lors des élections générales en République démocratique du Congo. Les autorités ont coupé l'accès à Internet et bloqué les signaux envoyés à au moins deux diffuseurs de nouvelles pendant que les résultats étaient comptés. (AFP / Luis Tato)

New York, le 3 Janvier, 2019--Les autorités de la République Démocratique du Congo devraient prendre des mesures sans délai pour garantir que les citoyens puissent accéder à l'internet et aux diffusions de média alors que le pays attende les résultats de son élection, avait dit aujourd'hui le Comité pour la protection des journalistes. Le gouvernement a coupé l'accès à l'internet et aux services SMS, il a bloqué les signaux de deux diffuseurs, au moins, et il a retiré l'accréditation d'au moins un journaliste, according to Reuters.

4 janvier 2019 14h23 ET

Aussi disponible en
English

Communiqués

Le nombre de journalistes assassinés en représailles à leurs reportages a presque doublé

Afghanistan : le pays le plus meurtrier au monde pour les journalistes en 2018

New York, 19 décembre 2018 - Au moins 53 journalistes ont été tués dans l'exercice de leur fonction cette année, dont 34 ont été délibérément visés en représailles à leur travail, a conclu le Comité pour la Protection des Journalistes dans son analyse annuelle. Ces chiffres, qui comptabilisent les journalistes tués entre le 1er janvier et le 14 décembre, font de 2018 l'année la plus meurtrière pour les journalistes au cours des trois dernières années, selon les données du CPJ.

19 décembre 2018 0h01 ET

Communiqués

Des centaines de journalistes incarcérés, c'est la nouvelle donne, conclut le recensement CPJ

La Turquie, la Chine et l'Égypte responsables de la détention de plus de la moitié de tous les journalistes

New York, 13 décembre 2018 -- Pour la troisième année consécutive, le Comité pour la protection des journalistes a constaté qu'au moins 251 journalistes sont emprisonnés pour leur travail à cause des régimes autoritaires qui utilisent de plus en plus l'emprisonnement pour faire taire la dissidence.

13 décembre 2018 0h01 ET

Communiqués   |   République Démocratique du Congo

Un journaliste congolais est détenu, accusé d'avoir « compromis » le président en prenant des photos sur les conditions de livraison du pain

Le Président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila, s'adresse à la nation au Palais du Peuple dans la capitale Kinshasa, en avril 2017. Des agents du service du renseignement militaire ont détenu pendant neuf heures le journaliste Willy Akonda, accusé d'avoir pris des photos qui « compromettaient » le Président Joseph Kabila. (Reuters/Kenny Katombe).

New York, le 25 janvier 2018 - Le Comité pour la protection des journalistes a déclaré aujourd'hui que les autorités de la RDC devraient enquêter sur les individus responsables du harcèlement et de la détention de Willy Akonda, journaliste auprès de l'organe de presse privé ACTUALITE.CD, et les conduire en justice.

26 janvier 2018 16h55 ET
En savoir plus Communiqués »