Afrique

Blog   |   Nigeria

Les téléphones et les ordinateurs de journalistes ciblés par l’armée nigériane dans le cadre d’une « investigation informatique » de sources

Hamza Idris (à gauche), rédacteur en chef du journal Daily Trust, est assis en février 2019 avec son collègue Hussaini Garba Mohammed dans leur bureau à Abuja, la capitale nigériane. Le bureau a été perquisitionné en janvier par l'armée, qui a saisi 24 ordinateurs. (CPJ / Jonathan Rozen)

Jonathan Rozen/Chercheur principal pour l’Afrique au CPJ

Hamza Idris, rédacteur en chef du journal nigériane Daily Trust, se trouvait au bureau central du journal le 6 janvier lorsque les militaires ont arrivé qui le cherchaient. Des soldats armés d’AK47 circulaient entre les bureaux de la rédaction en martelant son nom, a-t-il déclaré au CPJ. Il s’agissait du deuxième raid de la journée dans les locaux du journal ; le premier a eu lieu au bureau basé dans la ville de Maiduguri, située au nord-est, où Idris avait travaillé pendant des années.

29 octobre 2019 14h26 ET

Aussi disponible en
English

Communiqués   |   Burundi

La police burundaise arrête des journalistes d'Iwacu qui couvraient les troubles

Quatre journalistes d’Iwacu, à partir de la gauche, Térence Mpozenzi, Agnès Ndirubusa, Christine Kamikazi, Egide Harerimana, et leur chauffeur, Adolphe Masabarikiza, sont détenus au Burundi. (Iwacu Media)

Nairobi, 23 octobre 2019 - Les autorités burundaises devraient libérer immédiatement quatre journalistes et un employé de l'organe de presse privé Iwacu qui ont été détenus hier par la police dans la province de Bubanza, dans l’Ouest du pays, a déclaré le Comité pour la protection des journalistes.

28 octobre 2019 19h04 ET

Aussi disponible en
English

Communiqués   |   République Démocratique du Congo

Un journaliste radio congolais attaqué par des partisans du parti au pouvoir lors d’un rallye à Kinshasa

Vue aérienne de la foule rassemblée à l’extérieur du siège de l’Union pour la démocratie et le progrès social  (UDPS) à Kinshasa le 30 mai 2019, alors que les partisans attendent le retour des dépouilles de l’ancien premier ministre congolais et du leader de l’opposition Etienne Tshisekedi, morts en Belgique en  2017. Un journaliste radio congolais a été attaqué par des partisans de l’UDPS lors d’un rallye à Kinshasa le 5 octobre  2019. (AFP/Alexis Huguet)

Le 5 octobre 2019, Dominique Dinanga, reporter pour la station radio privée Top Congo FM, a été attaqué par des partisans du parti au pouvoir l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) lors d’un rallye à Kinshasa, la capitale de la République Démocratique du Congo, où l’ancien premier ministre Bruno Tshibala devait recevoir un prix, selon le journaliste Thierry Kambundi, rédacteur en chef de Top Congo FM qui s’est entretenu par téléphone avec le CPJ, un article publié par le groupe local pour la liberté de la presse Journalistes En Danger et les informations parues dans la presse.

28 octobre 2019 15h24 ET

Aussi disponible en
English

Communiqués   |   Tchad

Des journalistes condamnés à des amendes, l’un d’entre eux emprisonné suite à une plainte pour diffamation au Tchad

Un policier est aperçu à N'Djamena, au Tchad, le 11 juillet 2015. Un tribunal de N'Djamena a récemment inculpé deux journalistes tchadiens pour diffamation criminelle et a condamné l’un d’entre eux à une peine d’emprisonnement. (Reuters/Moumine Ngarmbassa)

Dakar, 25 septembre 2019 – Les autorités tchadiennes ne devraient pas s’opposer à l’appel interjeté par les journalistes Martin Inoua Doulguet et Abderamane Boukar Koyon, et devraient prendre des mesures immédiates pour abroger les lois qui criminalisent les actes de journalisme, a déclaré aujourd’hui le Comité pour la protection des journalistes.

30 septembre 2019 8h39 ET

Aussi disponible en
English

Communiqués   |   Benin

Le journaliste Ignace Sossou est reconnu coupable de diffusion de fausses nouvelles

New York, le 23 août 2019 – Le gouvernement du Bénin devrait prendre des mesures pour décriminaliser les délits de presse, a déclaré aujourd’hui le Comité pour la protection des journalistes, après que le journaliste Ignace Sassou a été reconnu coupable d’avoir diffusé des fausses nouvelles en faisant des reportages sur la situation financière des entreprises.

26 août 2019 15h37 ET

Aussi disponible en
English

Communiqués   |   Sénégal

Les autorités sénégalaises arrêtent le journaliste critique Adama Gaye

Un homme regarde les premières pages d'un journal à Dakar - le 25 février 2019- un jour après les élections présidentielles au Sénégal. Les autorités sénégalaises ont arrêté le journaliste critique Adama Gaye le 29 juillet. (AFP/Seyllou)

New York, 9 août 2019 – Les autorités sénégalaises devraient immédiatement libérer le journaliste Adama Gaye et abandonner toutes les charges retenues contre lui, a déclaré aujourd’hui le Comité pour la protection des journalistes.

12 août 2019 17h05 ET

Aussi disponible en
English

Communiqués   |   Cameroun

Journaliste camerounais emprisonné pour diffamation et propagation de fausses nouvelles

Agents de police camerounais, le 3 octobre 2018. La police a récemment arrêté le journaliste Paul Chouta, inculpé de diffamation et de propagation de fausses nouvelles. (AFP/Marco Longari)

Abidjan, le 20 juin, 2019 -- Les autorités camerounaises doivent libérer immédiatement le journaliste Paul Chouta et abandonner les poursuites pénales pour diffamation et propagation de fausses nouvelles à son encontre, a déclaré aujourd'hui le Comité pour la protection des journalistes.

10 juillet 2019 8h41 ET

Aussi disponible en
English

Burkina Faso

Le Parlement du Burkina Faso adopte des révisions juridiques érigeant en crimes les fausses nouvelles et les reportages sur le terrorisme

Palais présidentiel du Burkina Faso à Ouagadougou photographié le 20 mars 2019. Le Président et le Conseil national ont le pouvoir d'empêcher la promulgation des révisions du Code pénal du pays susceptibles d'entraîner des peines d'emprisonnement pour les journalistes. (AFP/Olympia de Maismont)

New York, le 3 juillet 2019 - Les autorités du Burkina Faso devraient prévenir la promulgation de révisions du Code pénal qui érigeront en crimes les fausses nouvelles et les reportages sur le terrorisme ou les opérations de sécurité, et s'assurer que les lois ne permettent pas des peines d'emprisonnement pour les reporters, a déclaré aujourd'hui le Comité pour la protection des journalistes.

8 juillet 2019 19h01 ET

Aussi disponible en
English

Communiqués   |   Cote D'ivoire

Le candidat à la présidence Soro devrait retirer sa plainte contre un journaliste de la Côte d'Ivoire

L'homme politique ivoirien Guillaume Soro, photographié à Abidjan en février, a porté plainte contre le directeur d'un hebdomadaire. (AFP/Issouf Sanogo)

Abidjan, le 6 juin 2019 - Le Comité pour la protection des journalistes a appelé aujourd'hui l'homme politique ivoirien Guillaume Soro à retirer sa plainte pénale à l'encontre de Sidi Tehra, directeur de l'hebdomadaire privé L'Essor Ivoirien, et ardent défenseur de la réforme du code pénal du pays visant à s'assurer que les journalistes ne sont pas emprisonnés du fait de leur travail.

14 juin 2019 15h13 ET

Aussi disponible en
English

En savoir plus Afrique »