Afrique

Rapports   |   Cameroun

Journalistes, pas terroristes: Au Cameroun, la législation anti-terroriste est utilisée pour imposer silence aux opposants et réprimer la dissidence

En 2014, le Cameroun a promulgué une loi antiterroriste excessive dans le cadre de sa lutte contre le groupe extrémiste Boko Haram, mais les autorités s'en servent pour arrêter et menacer les journalistes locaux qui couvrent les militants ou l'agitation sociale dans les régions anglophones du pays. Un décret présidentiel en août 2017 a mis fin aux poursuites judiciaires contre au moins quatre journalistes, mais les lois qui ont été utilisées contre eux sont encore en place. Le correspondant de RFI Ahmed Abba reste en prison. Avec les élections qui auront lieu l'année prochaine, bon nombre des journalistes au Cameroun se disent trop effrayés pour couvrir la politique ou des sujets sensibles.

Un rapport spécial publié par le Comité pour la protection des journalistes.

Publié le 20 septembre 2017

20 septembre 2017 8h00 ET

Tags:

Rapports   |   Cameroun

Journalistes, pas terroristes

À propos de ce rapport

Angela Quintal, coordinatrice du programme Afrique du CPJ a assuré la recherche et la rédaction de ce rapport. Jonathan Rozen, associé de recherche pour l'Afrique au CPJ, a participé aux travaux de recherche.

20 septembre 2017 8h00 ET

Tags:

Rapports   |   Cameroun

Journalistes, pas terroristes

Au Cameroun, la législation anti-terroriste est utilisée pour imposer silence aux opposants et réprimer la dissidence

Un petit déjeuner léger consistant en une omelette et un café noir avalés à la hâte : Ahmed Abba, correspondant international de Radio France Internationale, était loin de se douter que ce serait le dernier repas qu'il prendrait en tant qu'homme libre. Le gouverneur avait chargé Abba d'organiser une réunion de sécurité pour le 30 juillet, 2015 à 10 heures du matin à Maroua, chef-lieu de la région de l'Extrême Nord du Cameroun, en réponse aux attaques menées par le groupe extrémiste Boko Haram.

20 septembre 2017 8h00 ET

Rapports   |   Cameroun

Journalistes, pas terroristes

Recommandations

Le Comité pour la protection des journalistes formule les recommandations suivantes :

20 septembre 2017 8h00 ET

Lettres   |   République du Congo

La République du Congo doit libérer l'éditeur du Talassa

Monsieur Denis Sassou Nguesso Président de la République Palais présidentiel Brazzaville, Congo Via email à porte parole du gouvernement: [email protected] 18 septembre 2017 Monsieur le Président,...

18 septembre 2017 14h21 ET

Aussi disponible en
English

Communiqués   |   Togo

Le CPJ appelle le président du Togo à rejeter une nouvelle loi imposant des peines d'emprisonnement pour les journalistes

Abuja, Nigeria, le 12 novembre 2015--Le Comité pour la protection des journalistes appelle le président du Togo à intervenir contre une proposition d’article du code pénal de son pays et qui constituerait une menace à la liberté de la presse. La loi proposée prévoit à l’encontre des journalistes une peine d’emprisonnement et une amende pour la publication de « fausses nouvelles », selon les informations.

12 novembre 2015 16h52 ET

Aussi disponible en
English

Blog   |   Burundi

Le Burundi doit enquêter sur les agressions contre les journalistes

Tom Rhodes/Représentant du CPJ pour l’Afrique de l’Est

Le Comité pour la protection des journalistes et 18 autres organisations exhortent les autorités du Burundi à enquêter sur les agressions perpétrées contre les journalistes et les défenseurs des droits de l’homme. Depuis l’annonce, en avril, que le Président Pierre Nkurunziza briguerait un troisième mandat, faisant fi des limitations constitutionnelles et déclenchant des mois de manifestations, les journalistes sont systématiquement visés. Au moins cinq stations de radio ont été attaquées et leur personnel menacé, provoquant un exode massif de journalistes cherchant à fuir le pays et laissant un vide informationnel à un moment critique. Aux élections présidentielles de la mi-juillet, Nkurunziza a remporté près de 70 % des voix.

7 août 2015 11h52 ET

Aussi disponible en
English

Communiqués   |   Cote D'ivoire

Un directeur de publication ivoirien inculpé de diffamation et d'injure

Abidjan, le 5 août, 2015--Un journaliste emprisonné pendant presqu’une semaine par les autorités en Côte d’Ivoire a été inculpé de diffamation, entre autres délits, selon le journaliste et les médias. Le Comité pour la protection des journalistes exhorte les autorités ivoiriennes à abandonner immédiatement les poursuites contre Joseph Titi.

5 août 2015 18h29 ET

Aussi disponible en
English

Communiqués   |   Burkina Faso

Le Burkina Faso suspend la retransmission en direct des émissions politiques organisées par les médias

Abuja, Nigéria, 19 mai 2015--Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) invite les autorités burkinabés à lever sa suspension de la retransmission en direct des émissions politiques dans le pays. L’interdiction de trois mois intervient au moment où le Burkina Faso se prépare à la tenue des élections en octobre.

19 mai 2015 18h19 ET

Aussi disponible en
English

Communiqués   |   Burundi

Les autorités burundaises sévissent contre les medias en amont des élections

Nairobi, le 29 avril 2015 -- Le Comité pour la protection des journalistes condamne le harcèlement des journalistes et des organes de presse au Burundi et appelle les autorités à leur permettre de couvrir les manifestations en amont des élections prévues en mai et en juin. La police a interrompu la transmission d'au moins trois stations de radio et les sociétés des télécommunications ont reçu l'ordre de suspendre l'accès des téléphones portables aux médias sociaux, selon les informations et les journalistes locaux.

29 avril 2015 18h19 ET

Aussi disponible en
English

En savoir plus Afrique »