Afrique

Communiqués   |   Benin

Le journaliste Ignace Sossou est reconnu coupable de diffusion de fausses nouvelles

New York, le 23 août 2019 – Le gouvernement du Bénin devrait prendre des mesures pour décriminaliser les délits de presse, a déclaré aujourd’hui le Comité pour la protection des journalistes, après que le journaliste Ignace Sassou a été reconnu coupable d’avoir diffusé des fausses nouvelles en faisant des reportages sur la situation financière des entreprises.

26 août 2019 15h37 ET

Aussi disponible en
English

Communiqués   |   Sénégal

Les autorités sénégalaises arrêtent le journaliste critique Adama Gaye

Un homme regarde les premières pages d'un journal à Dakar - le 25 février 2019- un jour après les élections présidentielles au Sénégal. Les autorités sénégalaises ont arrêté le journaliste critique Adama Gaye le 29 juillet. (AFP/Seyllou)

New York, 9 août 2019 – Les autorités sénégalaises devraient immédiatement libérer le journaliste Adama Gaye et abandonner toutes les charges retenues contre lui, a déclaré aujourd’hui le Comité pour la protection des journalistes.

12 août 2019 17h05 ET

Aussi disponible en
English

Communiqués   |   Cameroun

Journaliste camerounais emprisonné pour diffamation et propagation de fausses nouvelles

Agents de police camerounais, le 3 octobre 2018. La police a récemment arrêté le journaliste Paul Chouta, inculpé de diffamation et de propagation de fausses nouvelles. (AFP/Marco Longari)

Abidjan, le 20 juin, 2019 -- Les autorités camerounaises doivent libérer immédiatement le journaliste Paul Chouta et abandonner les poursuites pénales pour diffamation et propagation de fausses nouvelles à son encontre, a déclaré aujourd'hui le Comité pour la protection des journalistes.

10 juillet 2019 8h41 ET

Aussi disponible en
English

Burkina Faso

Le Parlement du Burkina Faso adopte des révisions juridiques érigeant en crimes les fausses nouvelles et les reportages sur le terrorisme

Palais présidentiel du Burkina Faso à Ouagadougou photographié le 20 mars 2019. Le Président et le Conseil national ont le pouvoir d'empêcher la promulgation des révisions du Code pénal du pays susceptibles d'entraîner des peines d'emprisonnement pour les journalistes. (AFP/Olympia de Maismont)

New York, le 3 juillet 2019 - Les autorités du Burkina Faso devraient prévenir la promulgation de révisions du Code pénal qui érigeront en crimes les fausses nouvelles et les reportages sur le terrorisme ou les opérations de sécurité, et s'assurer que les lois ne permettent pas des peines d'emprisonnement pour les reporters, a déclaré aujourd'hui le Comité pour la protection des journalistes.

8 juillet 2019 19h01 ET

Aussi disponible en
English

Communiqués   |   Cote D'ivoire

Le candidat à la présidence Soro devrait retirer sa plainte contre un journaliste de la Côte d'Ivoire

L'homme politique ivoirien Guillaume Soro, photographié à Abidjan en février, a porté plainte contre le directeur d'un hebdomadaire. (AFP/Issouf Sanogo)

Abidjan, le 6 juin 2019 - Le Comité pour la protection des journalistes a appelé aujourd'hui l'homme politique ivoirien Guillaume Soro à retirer sa plainte pénale à l'encontre de Sidi Tehra, directeur de l'hebdomadaire privé L'Essor Ivoirien, et ardent défenseur de la réforme du code pénal du pays visant à s'assurer que les journalistes ne sont pas emprisonnés du fait de leur travail.

14 juin 2019 15h13 ET

Aussi disponible en
English

Communiqués   |   Gabon

L'organisme de régulation des médias du Gabon suspend deux journaux suite à des plaintes pour diffamation

Libreville, Gabon, le 16 janvier 2017. L'organisme de régulation des médias du pays a suspendu deux journaux suite à des plaintes pour diffamation (Reuters/Mike Hutchings)

Goma, Congo, 17 mai 2019 -- L'organisme de régulation des médias du Gabon devrait lever immédiatement les suspensions du trihebdomadaire L'Aube et de l'hebdomadaire Échos du Nord, et donner aux journalistes la liberté de couvrir les questions d'intérêt public, a déclaré aujourd'hui le Comité pour la protection des journalistes.

21 mai 2019 8h32 ET

Aussi disponible en
English

Communiqués   |   Comores

Les autorités comoriennes détiennent un journaliste et censurent des journaux sur fond de crise politique

Le 2 avril, 2019 les soldats montent la garde  à Moroni, capitale des Comores. Des journalistes ont été arrêtés et des journaux ont été perturbés dû la récente élection présidentielle dans le pays. (AFP / Youssouf Ibrahim).

Nairobi, 10 avril 2019 - Les autorités comoriennes devraient arrêter de détenir des journalistes et de censurer la presse au lendemain de l'élection présidentielle contestée du 24 mars, a déclaré aujourd'hui le Comité pour la protection des journalistes.

12 avril 2019 13h57 ET

Aussi disponible en
English

Communiqués   |   Comores

Deux journalistes en détention préventive depuis février aux Comores

Des officiers de gendarmerie montent la garde le 24 mars 2019 à Moroni, aux Comores. Deux journalistes sont en détention sans jugement dans le pays depuis février. (Gianluigi Guercia/AFP)

Nairobi, le 26 mars 2019 -- Les autorités des Comores doivent libérer immédiatement les journalistes Abdallah Abdou Hassane et Oubeidillah Mchangama, qui se trouvent en détention préventive depuis plus d'un mois pour une série d'accusations, a déclaré aujourd'hui le Comité pour la protection des journalistes.

30 mars 2019 12h49 ET

Aussi disponible en
English

Blog   |   Tchad

Le CPJ se joint aux appels visant à mettre fin au blocage des réseaux sociaux au Tchad

Le président du Tchad, Idriss Deby, arrive à l'aéroport international de N'Djamena le 22 décembre 2018. Le CPJ se joint aux appels pour mettre fin à un bloc de médias sociaux de près d'un an au Tchad. (AFP/Ludovic Marin)

Le Comité pour la protection des journalistes s'est joint cette semaine à au moins 79 organisations de défense des droits humains afin d'exhorter les experts de l'Union africaine et de l'ONU à prendre des mesures pour mettre fin au blocage des plateformes de réseaux sociaux au Tchad - dont Twitter, Facebook et WhatsApp - blocage ordonné par le gouvernement il y a près d'un an. Les lettres, adressées respectivement au Rapporteur spécial de l'Union africaine sur la liberté d'expression et l'accès à l'information et au Rapporteur spécial de l'ONU sur la promotion et la protection du droit à la liberté d'opinion et d'expression, soulignaient la manière dont les perturbations des réseaux «limitent la capacité des journalistes à faire leurs reportages en toute sécurité et la possibilité pour les citoyens d'accéder aux informations », entre autres conséquences.

15 mars 2019 14h43 ET

Aussi disponible en
English

En savoir plus Afrique »