Go »
  Go »

République Centrafricaine


New York, le 26 mars 2013--Au moins deux organes de presse ont été victimes de pillage en République centrafricaine dimanche dernier après la chute de la capitale Bangui dans les mains des rebelles de  la coalition « Séléka », selon des médias et groupes locaux de défense de la liberté de la presse.

Les rédacteurs de ces deux journaux ont été condamnés sur des accusations qui incluent la diffamation. (Hirondelle)

New York, le 30 janvier 2012-- La condamnation de deux journalistes en République centrafricaine pour leurs reportages critiquant un ministre constitue une censure politique, a déclaré le Comité pour la protection des journalistes (CPJ).  

New York, le 12 juillet 2011--Deux journalistes centrafricains ont été condamnés à une amende et libérés lundi dernier après avoir été emprisonnés pendant des semaines pour des reportages sur des manifestations publiques de militaires et gendarmes retraités qui dénoncent le détournement de leurs pensions de retraite dont les fonds ont été alloués par l'Union européenne (UE), selon des médias et des journalistes locaux.

New York, le 7 juin 2011--Les autorités de la République centrafricaine ont inculpé Faustin Bambou, directeur de publication de l'hebdomadaire indépendant The Hills of Bangui, d'incitation à la haine et au désordre parmi les forces militaires et d'outrage au gouvernement, a dit au CPJ le journaliste. M. Bambou a été directement transféré à la prison de Ngaragba à Bangui, la capitale. Il a été arrêté par quatre gendarmes à son bureau le 27 mai dernier et détenu sans chef d'accusation pendant dix jours à la Section de recherches et d'investigations (SRI) de la gendarmerie nationale, selon des journalistes locaux.

New York, 15 janvier 2008—Un tribunal de la capitale de la république centrafricaine, Bangui, a envoyé aujourd’hui le directeur d’un journal en maison d'arrêt en attendant son procès sur des accusations criminelles liées à un article sur un scandale politique.

En effet, Faustin Bambou du bihebdomadaire Les Collines de l’Oubangui a été transféré à la maison d'arrêt de Ngaraba à Bangui, après son inculpation pour « incitation aux troubles à l’ordre public et au soulèvement contre les institutions »—un délit passible d’une peine maximum de 10 ans d’emprisonnement selon le code pénal centrafricain, a déclaré l’avocat de la défense, Mathias Barthélemy Morouba.

New York, le 13 mars 2007—Le dirigeant d’un groupe local d’ éditeurs de presse privée a été jeté en prison lundi dans la capitale de Bangui pour avoir énoncé des critiques contre le Haut Conseil de la Communication (HCC).

Le directeur de publication Michel Alkhaly Ngady de l’hebdomadaire privé Les Temps Nouveaux et le président du Groupement des Editeurs de la Presse Privée Indépendante de Centrafrique (GEPPIC), a été convoqué et mis en prison dans une station de police proche du port de Bangui, selon les dires de journalistes et des bulletins d’informations. Dans une interview par téléphone accordée à l’Agence France-Presse, Ngady a confié que la convocation avait un rapport avec une plainte du président du HCC Pierre Sammy-Mackfoy accusant le GEPPIC de « saboter les actions du HCC. » Il est resté en garde à vue, d’après des journalistes locaux.

New York, le 6 août 2004

A Son Excellence François Bozizé
Président de la République Centrafricaine,
S/C Ambassade de la République Centrafricaine
1618 22nd Street, NW
Washington, DC 20008

Fax : (202) 332-9893

Excellence, Monsieur le Président de la République,

Le Comité pour la Protection des Journalistes (CPJ) voudrait par la présente protester contre le maintien en détention de Monsieur Maka Gbossokotto, directeur de publication du quotidien privé de langue française Le Citoyen, dont le verdict du procès pénal en diffamation est attendu pour le lundi 9 août. Nous sommes également très préoccupés par les récentes menaces proférées contre la presse privée indépendante, menaces qui apparaissent comme une tentative d'empêcher celle-ci de formuler des critiques à l'encontre des autorités.
  Go »


TAILLE DU TEXTE
A   A   A
CONTACTEZ-NOUS

Afrique

Coordonnateur du plaidoyer pour l'Afrique:
Mohamed Keita

Consultant pour l'Afrique de l'Est:
Tom Rhodes

mkeita@cpj.org
trhodes@cpj.org

Tél: 212-465-1004
(poste 117)
Fax: 212-465-9568

330 Septième Avenue, 11e étage
New York, NY 10001 USA

Blog de Mohamed Keita
Blog de Tom Rhodes

Catégories récentes