Guinée

Attaques contre la presse   |   Guinée

Attaques contre la presse en 2013: Guinée

En 2013, les attaques contre la presse ont augmenté. L’agitation politique et les affrontements interethniques qui ont précédé les élections législatives maintes fois retardées, ont grandement contribué à ce climat. Le vote, qui a eu lieu le 28 septembre, a vu la victoire du parti du président Alpha Condé. Des journalistes ont été menacés et agressés alors qu'ils couvraient les activités pré-électorales. Certains affirment que les assaillants appartenaient aux forces de sécurité ou à des sympathisants de partis politiques. Des journalistes, qui se sont retrouvés pris entre les partisans de Condé, -appartenant majoritairement à l'ethnie malinké, - et les militants de l'opposition, pour la plupart de l’ethnie Peul, ont été accusés d'espionnage pour le compte de partis politiques. Les autorités et les forces de sécurité favorables à Condé, ont fermédes stations de radio, suspendu et détenu le personnel, et empêché les journalistes de couvrir les activités de la tournée préélectorale de Condé. Des recherches menées par le CPJ révèlent qu’en dépit des agressions perpétrées contre de nombreux journalistes, depuis 2008, personne n’a été reconnu coupable.

12 février 2014 1h50 ET

Communiqués   |   Guinée

Des émissions de radio suspendues en Guinée

New York, le 21 décembre 2012--Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) condamne la série de mesures de censure imposées ce mois-ci par l'organe de régulation des médias de la Guinée à l'endroit de trois émissions interactives à la suite de commentaires critiques à l'égard du gouvernement.

21 décembre 2012 18h29 ET

Aussi disponible en
English

Communiqués   |   Guinée

Une station de radio censurée par le gouvernement guinéen

Lagos, Nigeria, le 30 août 2012--Les autorités de la Guinée ont fermé dimanche dernier une station de radio privée, l'empêchant de couvrir des manifestations prévues le lendemain, selon des médias. Liberté FM a été ciblée dans le passé, selon la presse.

5 septembre 2012 16h25 ET

Aussi disponible en
English

Communiqués   |   Guinée

Toujours pas de justice dans l'agression d'une journaliste guinéenne par des gendarmes

La journaliste reporter Kounkou Mara, après son agression par des gendarmes. (Kounkou Mara)

New York, le 8 mars 2012--Les autorités guinéennes doivent enquêter et engager des poursuites appropriées contre les gendarmes qui ont agressé une journaliste dans l'exercice de ses fonctions à la Banque centrale de Guinée, a déclaré aujourd'hui le Comité pour la protection des journalistes (CPJ). La journaliste en question, Kounkou Mara, a eu plusieurs blessures, notamment à la tête, lors de cette agression.

Mme Mara, journaliste du journal privé Le Lynx, s'est vu refuser l'entrée à la Banque centrale de Guinée le 27 février dernier, malgré le fait qu'elle ait présenté sa carte de presse professionnelle aux gendarmes affectés à la sécurité de ladite institution et expliqué qu'elle devait interviewer son gouverneur, selon des médias. Les officiers de gendarmerie lui ont dit qu'elle constituait une menace pour la sécurité des employés de ladite banque et des agents l'ont ainsi jetée dans la rue sur ordre de leur commandant, a déclaré la journaliste à un journal local.

9 mars 2012 17h51 ET

Aussi disponible en
English

Blog   |   Guinée

La censure du gouvernement guinéen met RFI dans une situation délicate

Par Mohamed Keita

Lundi dernier, l'agence guinéenne de régulation des médias contrôlée par l'État a imposé une interdiction « temporaire » de toute couverture médiatique de l'attentat du 19 juillet courant contre la résidence du président Alpha Condé, ce qui a muselé les émissions-débats sur cet événement au cours desquelles des questions critiques ont été soulevées sur les circonstances de l'incident. Dans de telles circonstances, les auditeurs guinéens se tournent vers les médias étrangers comme la chaîne de radio française, Radio France Internationale (RFI), la station écoutée en Afrique francophone. Avec des émissions comme « Appels Sur L'actualité », qui est une émission interactive quotidienne, RFI est considérée par des millions d'auditeurs africains comme une source essentielle d'information. 

1 août 2011 15h54 ET

Aussi disponible en
English

Communiqués   |   Guinée

Le président guinéen Alpha Condé doit cesser la censure des médias

New York, le 28 juillet 2011--La censure de la presse par le gouvernement du président guinéen, Alpha Condé, menace les progrès démocratiques accomplis par son pays ces derniers mois, a déclaré aujourd'hui le Comité pour la protection des journalistes (CPJ).

28 juillet 2011 18h00 ET

Aussi disponible en
English

Guinée

En Guinée-Equatoriale, un journaliste suspendu pour avoir fait allusion à la Libye

New York, le 2 mars 2011--Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) condamne la censure en Guinée-Equatoriale de la couverture des événements en Afrique du Nord, au Moyen-Orient et en Côte-d'Ivoire. En plus, un animateur de la radio d'État a soudainement été suspendu indéfiniment pour avoir fait allusion à la Libye au cours d'une émission en direct vendredi dernier, selon des journalistes locaux et des médias.
4 mars 2011 11h09 ET

Communiqués   |   Guinée

Le CPJ condamne la suspension sommaire d’un journal guinéen

New York, le 28 mai 2008—Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) condamne la suspension sommaire pour une durée de deux mois d’un journal indépendant guinéen la semaine dernière pour un article qui a soulevé des questions critiques sur la santé de la deuxième épouse du Président guinéen Lansana Conté.

L’interdiction du journal La Croisade par le Conseil National de la Communication (CNC) est ainsi la troisième suspension d'un journal en Guinée cette année, suite à celles qui ont frappé les hebdomadaires privés La Vérité et L’Observateur, selon des recherches du CPJ.

28 mai 2008 12h00 ET

Communiqués   |   Guinée

Deux directeurs de journaux guinéens condamnés à 6 mois de prison avec sursis

New York, le 14 août 2007—Ce lundi, un tribunal de la capitale guinéenne de Conakry a  prononcé des peines de prison avec sursis à l’encontre de deux directeurs de journaux privés, suite à des articles invoquant la prétendue corruption d’un ancien ministre du gouvernement, selon des journalistes locaux.

Thiernodjo Diallo de La Vérité, et Abdoul Azziz Camara de Libération ont chacun été condamnés à des peines de 6 mois de prison avec sursis, une amende totale de 50 millions de francs guinéens (13 000 dollars américains), et ordonnés de publier le verdict, a déclaré l’avocat de la défense Christian Sow au CPJ. Un pourvoi en appel à été déposé ce matin, selon Sow.

14 août 2007 12h00 ET