Communiqués   |   République Démocratique du Congo

En RDC, des journalistes détenus depuis deux jours sans chef d'accusation

Aussi disponible en English

New York, le 11 mai 2012--Les autorités de Kisangani, dans la République démocratique du Congo (RDC), doivent  immédiatement libérer deux journalistes qui sont détenus depuis mercredi sans chef d'accusation suite à leur article critiquant un fonctionnaire de l'état, a déclaré aujourd'hui le Comité pour la protection des journalistes (CPJ).

Des policiers en civil ont arrêté Sébastien Mulamba et Mbuyi Mukadi, respectivement rédacteur en chef et directeur de publication du mensuel privé Kisangani News, dans un restaurant à Kisangani, la capitale de la Province Orientale, selon l'organisation de défense de la liberté de la presse Journaliste en Danger. M. Mulamba a déclaré au CPJ que des policiers les ont interrogés pendant une heure sur leurs sources concernant un article du 15 avril dernier alléguant qu'Alphonse Awenze,  député et militant du parti au pouvoir du Président Joseph Kabila, était impliqué dans un scandale sexuel.

M. Awenze n'a pas publiquement contesté les allégations, mais a porté plainte contre le journal en affirmant qu'un qualificatif utilisé par le journal pour décrire sa personne portait atteinte à son honneur, a confié M. Mulamba au CPJ. Le journaliste a dit que lui et Mukadi avaient été invités au restaurant par un proche collaborateur d'Awenze, qui disait vouloir acheter un espace publicitaire dans leur journal.

«Nous condamnons la détention illégale de Sébastien Mulamba et Mbuyi Mukadi, un acte d'intimidation qui devrait cesser immédiatement », a déclaré Mohamed Keita, coordonnateur du Plaidoyer pour l'Afrique du CPJ. « Les autorités ne devraient pas satisfaire à la demande d'un parlementaire qui n'aime pas les reportages peu flatteurs à son endroit », a-t-il ajouté.

Il convient de souligner que Kisangani News a été persécuté dans le passé pour ses reportages critiques. Précédemment cette année, le journal a été suspendu pendant deux mois pour avoir publié des articles critiquant la gestion de l'ancien gouverneur de la Province Orientale, Médard Asenga, a rapporté  Journaliste en Danger.

Publié

Vous aimez cette article? Soutenez notre travail