Communiqués   |   Gabon

Au Gabon, le gouvernement suspend deux journaux le même jour

New York,  le 10 octobre 2007— Au Gabon, deux journaux privés ont été suspendus lundi par le l’organe de régulation de la communication, le conseil national de la communication (CNC). Il s’agit du bimensuel panafricain basé à Paris « Le Gri-Gri »  qui a été frappé d’interdiction d’édition et de distribution au pays pour motif d’absence de récépissé l’autorisant à publier au Gabon, et du bimensuel « La Nation » qui a été suspendu pour un mois suite à une plainte du ministre gabonais  des arts et de la culture, Blandine Marundu ma Mihindou, selon son éditeur.


« Le conseil national de la communication devrait travailler avec les médias gabonais, et non se dresser contre eux », a déclaré le directeur exécutif du CPJ, Joel Simon.

 « Les  réglementations autoritaires ne sont pas dans l’intérêt du libre flux de l’information. Le CPJ appelle donc le CNC à immédiatement lever ses suspensions arbitraires », a-t-il martelé.

Le dernier numéro du journal « Le Gri-Gri » a été édité et distribué à Libreville, Gabon, et non à Paris pour réduire les coûts d’expédition, a dit son directeur. L’imprimeur « Voix du Peuple » et le distributeur « Songapresse » ont été mis en demeure de ne plus offrir leurs services au journal « Le Gri-Gri » jusqu’à sa « régularisation » auprès des autorités gabonaises, ont rapporté les journalistes locaux.

Le directeur du journal « Le Gri-Gri », Michel Ongoundou Loundah, a déclaré que cette suspension est un acte politique, et qu’il envisage d’adresser une plainte au CNC.

Le 25 septembre dernier, l’imprimeur « Voix du Peuple » avait censuré l’édition du journal « Le Gri-Gri » qui devait paraître le 27 septembre à cause d’un article critique à un contrat d’exploitation minière entre le gouvernement gabonais et une firme chinoise. Cet article s’inquiétait à la Une sur les potentiels dangers environnementaux qui pouvaient résulter de l’exploitation par cette firme des mines de fer de la localité de Belinga située dans la province de Ougooué-Ivindo au nord-est du Gabon.

Dans son communiqué du lundi, le CNC a souligné que la suspension du bimensuel “La Nation »  pour un mois est fondée sur une plainte du ministre gabonais des arts et de la culture, Blandine Marundu.

En effet, « La Nation » dans son dernier numéro avait publié un article titré « Blandine Marundu mérite t-il d’être ministre? »,  qui remettait en question ses qualifications.

Le CNC a déclaré que l’éditeur du  journal « La Nation », Blaise Mengue, n’a pas apporté suffisamment de preuves sur ces allégations contre le ministre.

Par ailleurs, un autre article de ce journal publié en mi-septembre reprochait M. Marundu de ne s’être pas occupé de la question des redevances impayées aux rédacteurs au Gabon, ont dit les journalistes locaux.


Publié

Vous aimez cette article? Soutenez notre travail